DEAD OF NIGHT

8032012

Au retour du Vietnam, Andy Brooks, que ses parents croyaient mort, n’est plus le même. Ses parents et ses amis ne le reconnaissent plus. Pour ne rien arranger de curieux meurtres commencent au même moment.

DEAD OF NIGHT dans FILMS dead-of-night-211x300

Les rétrospectives c’est cool car d’un non initié vous pouvez arriver, en l’espace de quelques projections, à en faire un valeureux pourfendeur d’un cinéma qu’il ne connaissait pas ou peu quelque heures auparavant. Ici ça tombe bien on parle du cinéma d’horreur du début des années 70. LE cinéma d’horreur par excellence.

Car si dans le milieu, on connait tous ou presque le film Black Christmas de Bob Clark (un des, sinon, LE, premier slasher – il commence à y avoir beaucoup de LE dans cet article), comment se fait-ce que Dead of Night (on ne se moque pas du titre SVP) soit si méconnu de nos jours ? Injustice ou pas ?

Attachez vos ceintures. A la fois, film de zombie, film d’horreur, film sur le Vietnam, (sans pour autant nous le montrer) ou encore drame psychologique, ce film au répertoire un poil foutraque dans son listing, ne l’est pourtant pas dans les faits.

Le genre a certes évolué depuis quelques années, et on sera indulgent à cet endroit là, mais la mayonnaise prend malgré tout car le mélange est bon, et le réalisateur a le bon gout de ne pas trop tirer sur certains ingrédients. Ou tout du moins de toujours le faire avec à propos.

Par moment, le côté parapsychologique peut faire penser à du Cronenberg de la même époque (Frissons), ou comment donner des velléités politiques à des troubles psychosomatiques. C’est ce qu’il y a de bien dans les films de cette époque c’est qu’on peut y trouver à peu près tout ce qu’on veut bien se donner la peine de chercher.

Bref, c’est bon, c’est beau, c’est Bob (Clark). Et en plus il y a un peu de sang, que demande le peuple ? A découvrir et à apprécier à sa juste valeur.

vraivaleur dans FILMS

P.S. une curiosité, la mise en son du film faite l’an dernier par un groupe de rock  :

http://7weeks.bandcamp.com/album/dead-of-night

 

P.S. 2 Difficile de ne pas penser à  l’épisode Masters of Horror de Joe Dante, Homecoming, où des soldats US en mode morts vivants reviennent voter contre celui qui les a envoyés au front.




Les banlieusards

16032010

Dans une banlieue paisible, le quotidien du quartier se retrouve bouleversé à l’arrivée d’un nouvel occupant.

Les banlieusards

C’est toujours ennuyeux de critiquer quelqu’un qu’on aime bien, mais ce film résume et explique assez bien l’échec (commercial du moins) que connaît Joe Dante depuis une vingtaine d’années.

Le Dante qui prend un malin plaisir à détailler les gazons américains, les boites à outils, le drapeau qu’on hisse… ce Joe Dante là on l’aime, on sent le côté poil à gratter qui fait que rien n’est jamais aussi lice qu’il n’y parait. On a envie de se laisser porter car le propos n’est pas pour nous déplaire. Et pourtant, on a une désagréable impression par moment d’être devant un Disney. Là où l’on souhaiterait voir un film pour enfant destiné aux adultes, c’est souvent l’inverse qui se produit.

Sont-ce les studios qui sont fébriles ? Joe essaye-t-il en vain de reproduire son plus grand succès (Gremlins) ? Toujours est-il que devant cette incapacité à trancher et à choisir un genre, ses projets en deviennent simples et perdent de leur intérêt. On aimerait qu’il continue dans la critique acerbe d’un mode de vie mais il semble plus intéressé par garder une classification « tout public ».

Ce trop gentillet The Burbs gagnerait à être raccourci. En s’orientant vers la TV, Joe Dante n’a d’ailleurs peut-être pas fait le plus mauvais choix de sa carrière.

valeurdevenir.bmp

PS. Promis je tenterai de mettre une critique positive dans un prochain post.

 

 

 




Idiocracy

21042009

A la suite d’une expérience militaire, Joe, américain moyen au QI moyen, se retrouve, en compagnie de Rita, prostituée de son état, 500 ans plus tard. Une époque où le QI moyen a diaboliquement chuté et où il se trouve être la personne la plus intelligente du monde. Alors qu’il va tout faire pour retourner à son époque, son pays a besoin de lui.

Idiocracy

Partant d’un postulat discutable (les personnes les plus limitées intellectuellement sont celles qui ont tendance à se reproduire le plus) que l’on pourrait qualifier de Darwin à l’envers, Idiocracy se veut une ode à la régression, un film que l’on quitte un peu plus … idiot qu’au départ.

Luke Wilson est impeccable dans ce rôle d’américain moyen, et certaines situations sont, avouons le, tordantes (l’eau des toilettes, le président catcheur, l’électrolyte…). Il serait dommageable de prendre ce film pour ce qu’il n’est pas, une oeuvre engagée, dénonciatrice ou visionnaire, non, c’est une comédie potache et c’est déjà bien comme ça.

Après un Office Space un peu mou du genou, Mike Judge retrouve l’esprit de Beavis and Butt Head, et nous offre avec le peu de moyen qu’il a (décors extrêmement cheap) ce qu’on attendait de lui.

presquevraivaleur5.bmp

 




Mais qu’est-ce, mais qu’est-ce, mais qu’est-ce qu’ils attendent pour f…

20012009

…faire un film ! NTM n’aurait pas dit mieux.

Ces réalisateurs vous on fait saliver, ils sont indissociable de votre culture ciné, et pourtant ils se font trop rares sur nos écrans. Paresseux ? Victime du système ? En manque d’inspiration ? Ou tout simplement (et là c’est moins de leur faute) non distribués chez nous? Voici 5 réalisateurs dont on aimerait avoir des nouvelles, ou plutôt des images, le plus VITE possible !!! :

Tsukamoto 

1 - Shinya TSUKAMOTO.

Dernier film connu en france : Tokyo Fist en 2001.

Pourquoi l’attendre ? :Le réalisateur à la caméra folle, dont Aronofsky dit s’inspirer, est l’instigateur au début des années 90 d’une nouvelle façon d’appréhender le cinéma avec l’émergence du mouvement cyberpunk au cinéma. Les témoins, qui ont survécu à la vision de TETSUO, ne diront pas le contraire.

Son crime : Être un précurseur dont le style peut vite effrayer.

Des raisons d’espérer : 2 films sont encore inconnus, Nightmare detective et Vital.

 

Mais qu'est-ce, mais qu'est-ce, mais qu'est-ce qu'ils attendent pour f... dans REALISATEURS john-carpenter

2 – John CARPENTER

Dernier film connu (hors Masters of horror) : Ghost of Mars en 2001.*

Pourquoi l’attendre ? : On a tous forcément aimé un jour ou l’autre un film de ce grand bonhomme du cinéma, que se soit The Thing et son univers horrifique, Halloween la nuit des masqueset l’établissement des codes du slasher movie, Jack Burton ou comment faire Kill Bill avec 15 ans d’avance… La liste est longue et comme vous êtes des gens respectables vous la connaissez déjà.

Son crime : Ne pas dire amen aux studios

Des raisons d’espérer : La série Masters of horror semble lui avoir redonner goût à la réalisation, et tant mieux, son nouvel opus, L.A Gothic, devrait arriver dans nos salles courant 2009.

Joe%2BD%2Band%2BGremlin.0 dans REALISATEURS 

3 – Joe Dante

Dernier film connu en france : 2001.

Pourquoi l’attendre ? :Parce qu’on est un peu con et que Gizmo c’est quand même plus sympa que Winnie l’ourson.

Son crime : Essayer d’apporter un peu de série B dans le système hollywoodien.

Des raisons d’espérer: Assez peux pour être honnête, son épisode de Masters of horror (décidément) Vote ou crève, montre pourtant qu’il n’a rien perdu de sa verve.

gasparnoe

4 - Gaspar NOE

Dernier film connu : Irréversible en 2002.

Pourquoi l’attendre ? : Car Carne est la plus grande claque dans la gueule que le cinéma français est engendrée depuis beaucoup trop longtemps.

Son crime : Politiquement pas correct.

Des raisons d’espérer : Enter the void dont la préparation (trop longue !!) semble toucher à sa fin.

ken-russell

5 – Rêvons un peu Ken RUSSEL.

Dernier film connu : LOVE en 2001.

Pourquoi l’attendre ? : Parce q’un peu de folie n’est pas pour nous déplaire. Pour rappel l’histoire de Tommy est celle d’un aveugle, sourd et muet qui veut devenir champion du monde de flipper !!

LE crime: Le DVD de THE DEVILS, peut être le film le plus puissant des années 70, n’existe pas encore !

Des raisons d’espérer : King X et Moll Flanders dans les cartons. Mais attention l’âge du capitaine (80 ans) n’augure rien de bon.

Image de prévisualisation YouTube

La qualité de la vidéo ne reflète heureusement en rien celle (magnifique) de la pellicule







Playboy Communiste |
STREAMINGRATOX |
lemysteredelamaisonblanche |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Fascination
| hsm321
| voyagelook