• Accueil
  • > Recherche : halloween 2009

Michou d’Auber

26042011

En 1960, la guerre d’Algérie bat son plein. Le jeune Messaoud, 9 ans, est confié par son père, à une famille d’accueil établie dans le Berry, constitué de Gisèle et de Georges. Ce dernier, facteur de son état, ancien combattant de la guerre d’Indochine, un brin raciste, ne sait rien de l’origine du garçon que l’on a rebaptisé « Michel » (ou « Michou »). Celui-ci découvre alors la France profonde.

Michou d'Auber

Avis aux amateurs, je vous offre sur un plateau (et libre de droits) le pitch du film d’horreur ultime. Le lieu : un hôpital. Le jour : Un dimanche de pâques. Le pitch : Tous les médecins ont déserté le navire. L’hôpital (façon Halloween 2 de Rob Zombi) est désert, les internes trahissent leur age par des visages trop marqués par une acné encore récente, la TV fait 36 cm (36 bordel !), et 2 chaînes se battent en duel : TF1 et FR2. Le héros a beau chercher, triturer les programmes dans tous les sens, pas d’Arte. Le choix (pas de livres, ni même de VSD, sous la main) va donc se porter entre les Experts et Michou d’Auber. Les séries policières américaines n’étant pas (à ce moment là de l’histoire) la cup of starbucks du héros, il choisit Michou d’Auber.

Michou d’Auber, pour ceux qui ne connaîtraient pas, ou qui auraient une vie, c’est réalisé par le prodige français Thomas Gilou, à qui l’on doit les inoubliables (rapide recherche sur Wikipédia) Victor et la trilogie La vérité si je mens ! Ok ce sont des films de merdes, mais reconnaissant lui le mérite d’avoir un nom marrant. Gi-lou, c’est marrant comme nom. Pour finir, le film est une production EuropaCorp (la Cie de M. Besson) et TF1, il passe sur Fr2 et vous trouvez dedans Depardieu, Baye ou encore Amalric. Bref, plus cinéma français tu peux pas faire. Plus nul non plus.

Passons sur le jeu des acteurs, car le seul jeu est de deviner qui cachetonne (Matthieu), qui cabotine (Gérard), qui est perdu (Philippe), qui est nul (Samy)… Quand le ratage est si énorme, il faut souvent se poser la question de celui qui les dirige. Bon rappelez-vous, Gi-lou, le nom est marrant. En me relisant (si si, ça m’arrive) je me rends compte que je suis dur, le film n’est pas fait pour moi, la cible c’est la grand mère un peu raciste qui a peut être un bon fond. Cette sorte de Grand Chemin bis, surfe sur cette vague nostalgique, avec tant de talent que Nolwen Leroy passe pour une débutante à côté. Vas-y que je te mette bien profond une couche de consensualisme mou, vas-y que je te fasse la morale, vas-y que l’ensemble est gerbant (et dans un hôpital c’est pas cool) de médiocrité, d’amalgame et de fausses valeurs.

Pour ne rien arranger, le film est long, prévisible (of course), l’humour est pataud, moralisateur, et je suis prêt à mettre ma main à couper, que la cible va en ressortir plus raciste qu’elle ne l’était au départ. De la soupe populiste et contre-productive. Bravo FR2, vive le service public et vive la redevance à 123 €. Je ne pensais pas que ça m’arriverait un jour mais je commence maintenant à comprendre pourquoi certains regardent TF1. Un scénario pour un film d’horreur je vous dis.

faussesvaleurs.bmp




Black Christmas

7022010

Pendant les fêtes de Noël un serial killer sévit dans une pension pour fille. Mais pourquoi ne quittent elles pas la maison ???

Black Christmas

Considéré comme le premier « vrai » slasher, Black Christmas, n’a pas l’aura de ses illustres descendants, Halloween, Vendredi 13 ou encore Scream (dont soit dit en passant, Wes Craven s’inspire copieusement). Alors a-t-on à faire à une injustice ? Une escroquerie ? Massacre à la Tronçonneuse (sorti 10 jours avant) n’est-il pas son prédécesseur ? Psycho ? Bref toute une foule de questions auxquelles nous tacheront de ne pas répondre.

Comme souvent avec les précurseurs, il est difficile de les juger a posteriori (35 ans plus tard). Car si les codes de genre sont ici dévoilés, ils ont depuis (dans le meilleur des cas), été imités, dépassés et parfois magnifiés. Pour les autre, la surenchère imbécile mais lucrative a fait le reste. Alors il faut prendre ce film pour ce qu’il est devenu (un moment d’histoire), autant que pour ce qu’il est encore, à savoir un film dont la première partie paraîtra exagérément longue et où la seconde verra l’installation d’une tension qui culminera avec certaines scènes encore très efficaces de nos jours.

Le réalisateur laisse un fin ouverte, pas dans le genre très série B « Et oui le tueur avait un fils ! Il reviendra Dans Black Christmas 2″, mais plutôt sous la forme d’une ellipse de la fin du dernier acte. Le meurtre à venir, celui qui clôturera l’histoire, est suggérée, l’horreur et le malaise se poursuivent tout au long du générique. Nos yeux du 21ème siècles attendent que l’on nous dévoile cette dernière scène, mais le choix du réalisateur est tout autre. Pourquoi pas.

Un film amoral où des jeunes donzelles se font dézinguer et où le tueur court toujours. Et si c’était ça la principale (r)évolution apportée par ce film ?

Valeur en devenir




Halloween 2

13122009

Michael Myers  est de retour il est venu chercher sa soeur, l’horreur est de retour.

Hallween 2

L’affiche ne trompait pas (comme souvent), de l’esthétisme, un soupçon d’humour noir, aucune concession. Il n’y a aucun doute, si certains réalisateurs utilisent le film de genre pour se faire un nom, Rob Zombie, n’est pas de ce genre là, l’horreur il l’aime, il la connaît, il est comme un poisson dans l’eau. Cela faisait si longtemps qu’on n’avait pas vu un tel film. Quel film ! Quelle claque ! Quelles 25 premières minutes ! Presque trop fortes tellement elles sont difficiles à dépasser. Si passé la première demi-heure vous n’avez pas aimé, pas la peine de vous forcer vous resterez hermétiques au reste.

Alors certes Rob Zombie n’est pas Stanley Kubrick, il y a ci et là certains points à peaufiner, ok c’est parfois un peu tout much, mais quel film d’horreur sorti dernièrement peut se targuer d’aller aussi loin ? d’être aussi sûr de lui ? de tout se permettre ? L’esthétisme (qui à n’en pas douter ne fera pas l’unanimité) est extrêmement travaillé, on est loin de la réal aseptisée classique, le gore est présent, Myers est invulnérable, et cela n’a qu’un but : le rendre plus terrifiant. Les films d’horreurs se doivent d’avoir des bad guys, Rob Zombie l’a bien compris. Ouf.

L’autre force du film c’est que de l’Halloween original, celui de big John Carpenter, il ne reste plus rien ou presque. Non pas que La Nuit des Masques soit mauvais, bien au contraire, mais dans cette avalanche de remakes dont seul Hollywood a le secret, Zombie s’affranchie du matériau original, il fait d’Halloween, SON Halloween. Un film qui ressemble a son auteur et qui confirme le bien que l’on avait pu penser en regardant The Devil’s Rejects.

S’il y autant d’enthousiasme dans cet article c’est que pour une fois le genre se renouvelle, il ne le fait  pas par son scénario (basique) ou par un twist merdique, mais il fait comme seul un cinéaste peut le faire, par la réalisation, par des choix. A l’heure des Unborn, Jennifer’s Body ou Paranormal Activity, à l’heure de ses bouses intersidérales il y a des gars qui font bouger les lignes. Que ceux qui ont le nez creux se réjouissent, ce genre de film ne sera apprécié à sa juste valeur que dans 15 ans. En attendant d’autres bouses nous aurons submergées.

vraivaleur.bmp




Répertoire Films de A à Z

11022009

0 – 9

A

B

C

D

E

F

G

H

I

J

K

L

M

N

O

P

Q

R

S

T

U

V

W

X

Y

Z




Mais qu’est-ce, mais qu’est-ce, mais qu’est-ce qu’ils attendent pour f…

20012009

…faire un film ! NTM n’aurait pas dit mieux.

Ces réalisateurs vous on fait saliver, ils sont indissociable de votre culture ciné, et pourtant ils se font trop rares sur nos écrans. Paresseux ? Victime du système ? En manque d’inspiration ? Ou tout simplement (et là c’est moins de leur faute) non distribués chez nous? Voici 5 réalisateurs dont on aimerait avoir des nouvelles, ou plutôt des images, le plus VITE possible !!! :

Tsukamoto 

1 - Shinya TSUKAMOTO.

Dernier film connu en france : Tokyo Fist en 2001.

Pourquoi l’attendre ? :Le réalisateur à la caméra folle, dont Aronofsky dit s’inspirer, est l’instigateur au début des années 90 d’une nouvelle façon d’appréhender le cinéma avec l’émergence du mouvement cyberpunk au cinéma. Les témoins, qui ont survécu à la vision de TETSUO, ne diront pas le contraire.

Son crime : Être un précurseur dont le style peut vite effrayer.

Des raisons d’espérer : 2 films sont encore inconnus, Nightmare detective et Vital.

 

Mais qu'est-ce, mais qu'est-ce, mais qu'est-ce qu'ils attendent pour f... dans REALISATEURS john-carpenter

2 – John CARPENTER

Dernier film connu (hors Masters of horror) : Ghost of Mars en 2001.*

Pourquoi l’attendre ? : On a tous forcément aimé un jour ou l’autre un film de ce grand bonhomme du cinéma, que se soit The Thing et son univers horrifique, Halloween la nuit des masqueset l’établissement des codes du slasher movie, Jack Burton ou comment faire Kill Bill avec 15 ans d’avance… La liste est longue et comme vous êtes des gens respectables vous la connaissez déjà.

Son crime : Ne pas dire amen aux studios

Des raisons d’espérer : La série Masters of horror semble lui avoir redonner goût à la réalisation, et tant mieux, son nouvel opus, L.A Gothic, devrait arriver dans nos salles courant 2009.

Joe%2BD%2Band%2BGremlin.0 dans REALISATEURS 

3 – Joe Dante

Dernier film connu en france : 2001.

Pourquoi l’attendre ? :Parce qu’on est un peu con et que Gizmo c’est quand même plus sympa que Winnie l’ourson.

Son crime : Essayer d’apporter un peu de série B dans le système hollywoodien.

Des raisons d’espérer: Assez peux pour être honnête, son épisode de Masters of horror (décidément) Vote ou crève, montre pourtant qu’il n’a rien perdu de sa verve.

gasparnoe

4 - Gaspar NOE

Dernier film connu : Irréversible en 2002.

Pourquoi l’attendre ? : Car Carne est la plus grande claque dans la gueule que le cinéma français est engendrée depuis beaucoup trop longtemps.

Son crime : Politiquement pas correct.

Des raisons d’espérer : Enter the void dont la préparation (trop longue !!) semble toucher à sa fin.

ken-russell

5 – Rêvons un peu Ken RUSSEL.

Dernier film connu : LOVE en 2001.

Pourquoi l’attendre ? : Parce q’un peu de folie n’est pas pour nous déplaire. Pour rappel l’histoire de Tommy est celle d’un aveugle, sourd et muet qui veut devenir champion du monde de flipper !!

LE crime: Le DVD de THE DEVILS, peut être le film le plus puissant des années 70, n’existe pas encore !

Des raisons d’espérer : King X et Moll Flanders dans les cartons. Mais attention l’âge du capitaine (80 ans) n’augure rien de bon.

Image de prévisualisation YouTube

La qualité de la vidéo ne reflète heureusement en rien celle (magnifique) de la pellicule







Playboy Communiste |
STREAMINGRATOX |
lemysteredelamaisonblanche |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Fascination
| hsm321
| voyagelook