• Accueil
  • > Recherche : film francais comedie

Le Mac

13072010

Un honnête et brave comptable a 36 heures pour devenir… Le Mac !

Le Mac

Une histoire banale de jumeaux que tout oppose, mais qui vont devoir malgré tout s’entendre. Si vous lisez ces lignes (ça ressemble à un testament de commencer une phrase comme ça), vous vous demandez ce qui peut bien pousser un être humain normalement constitué à regarder un film comme celui-ci. Une fois le film terminé il est vrai qu’il est difficile d’y répondre et encore moins de vous convaincre de le voir.

Le Mac c’est une comédie française (oui je sais ces 2 termes ne vont pas bien ensemble depuis quelques années) dans laquelle Jose Garcia a carte blanche, où l’acteur est en roue libre et dans lequel il n’incarne pas un mais deux rôles. Dans un sens ce n’est pas idiot car sinon le film sonnerait deux fois plus vide. Jose Garcia n’est pas ce que l’on peut appeler un mauvais acteur (Extension du Domaine de la Lutte, Le Couperet), mais il ne se substitue pas à l’écriture d’un scénario. L’exercice s’apparente donc à un sketch canal plus de 90 minutes. Pas très fin, mais avec quelques moyens et puis le marketing est bien fait. On arrive à sourire sans vraiment savoir pourquoi.

Un film que vous pourrez vous passer de voir, au pire vous l’oublierez dès le générique terminé. Aucunes séquelles constatées (migraine, vomissement…) dans les 48h suivant la projection. Un film comique qui laisse indifférent (ni chef d’oeuvre ni nanar), n’est ce pas ce qu’il y a de pire ?

valeurdevenir.bmp

PS Au jeu des ressemblances, encore une fois (l’impression était la même dans Très Bien Merci) Gilbert Melki nous sort une Al Pacino-like, alors que José Garcia se rapproche lui d’un Hercule dans DBZ.




Dikkenek

13012010

Des losers et des perdus traînent et se reproduisent entre eux, en Belgique. (Film probablement vendu sous une autre appellation) Magnifique film choral qui rend un vibrant hommage à la comédie belge contemporaine.

Dikkenek
Succession inégale et désordonnée de scènes qui se veulent caustiques et provocantes, entre acteurs de TV (François Damien et Foresti) et acteurs mauvais et/ou mal dirigés (avec 2 des cruches du cinéma français : Cotillard et Laurent), les plus mauvais ne sont pas forcément ceux que l’on croit. Dikkenek tombe dans tous les clichés du film « à la belge ». Imiter n’est pas créer. Mais ça c’est une autre histoire. C’est donc cet indigeste suite de sketchs à peine digne de canal plus (c’est dire!) que l’on est obligé de se taper. Doit-on en rire ? en pleurer ? Prenons l’exemple de cette romance, est-elle sérieuse (ce qui serait  une marque d’ambition mais un manque de talent), drôle (ce qui témoignerait d’un manque d’humour et de talent), décalée (ce qui témoignerait d’un dose auto-dérision mais surtout d’un manque de talent) ?? On n’en sait rien.

La règle de base lorsque l’on filme des crétins c’est, si ce n’est de les aimer, du moins de leur apporter un minimum d’attention. Ici l’erreur est sur toute la ligne. Quand bien même on arriverait à croire que les 2 cruches souhaitent se taper les 2 moches et bien non, ça ne fonctionne pas car on s’en fout. Un film auquel on ne s’intéresse pas et auquel on ne croit pas, c’est un navet, ça tombe bien navet et tartes font bon ménage. Je ne ferai qu’évoquer le running gag merdique du type qui se fait taper sur la gueule, des 2/3 jeux de mots dignes du grand journal, du pseudo personnage mélange de Joe Pesci et Benoit Poelvoorde (JC dans le film), et de la fausse joie de découvrir la poitrine de Mélanie Laurent. Pas de bol ils ne sont même pas beaux. Décidément quand tout est raté …

faussesvaleurs.bmp




Quand Harriet decoupe Charlie

6102009

Lorsque Charlie rencontre Harriet, c’est tout de suite l’amour fou. Tout se complique le jour où il se met à la soupçonner d’être une sérial killeuse.

quand harriet decoupe charlie

Entre ses 2 rôles majeurs (Wayne et Austin Powers) Mike Myers s’est essayé à ce petit film dont le principal fait d’arme est sa traduction française. On ressort quelques mimiques de Wayne’s World, Mike Myers s’essaye déjà à jouer plusieurs personnages (Charlie et le père de Charlie), on y inclut une trame de thriller…

Il est évident que personne n’ira voir ce film dans un autre but que de voir la prestation de son comédien principal, qui pour une fois (et ça se sent) n’est pas au commande du scénario et malheureusement ça se sent. Car il faut bien attendre 45 minutes et le passage par la comédie romantique à 2 $avant de rigoler un peu et d’enter dans le vif du sujet.

Un film à l’humour d’un autre temps, ni vulgaire, ni lourd, ni à peu près rien en fait. Pour les amoureux de Mike Myers UNIQUEMENT.

valeurdchue1.bmp




L’incroyable destin d’Harold Crick

5042009

Harold Crick est un employé des impôts tout ce qu’il y a de plus banal. Sa vie est rythmée et écrite comme du papier à musique. Tout ceci va prendre une tournure bien étrange lorsqu’il se met à entendre une voix off (celle du film) narrant sa vie. Ne serait-il pas un personnage de roman aliéné aux volontés de sa créatrice ?

L'incroyable destin d'Harold Crick

L’idée de base est séduisante, et l’on croirait le scénario tiré de Charlie Kaufman (Adaptation, Dans la peau de John Malkovich). On en viendrait presque, et c’est un comble, à regretter que l’histoire n’en tire pas plus profit. Une certaine sobriété de réalisation et d’intrigue quelque peu dommageable.

Un film au double degré de lecture et de compréhension, une mise en abîme du travail de créateur (libre à chacun d’y voir une connotation religieuse), le personnage de Dustin Hoffman le dit lui même à un moment : « il faut savoir s’il s’agit d’une comédie ou d’une tragédie », Will Ferrell (dans un registre plus classique) va donc s’attacher à le savoir, tout comme vous.

L’empathie pour le personnage naîtra évidemment de cette voix off dont on ne sait plus  à qui elle est destinée.

Une histoire parfois cousue de fil blanc et de bon aloi, dont on se contentera de retenir l’originalité et la bonne prestation des acteurs principaux (la géniale Emma Thompson en tête). Un film pas loin d’être très bon. « Pas loin » malheureusement.

presquevraivaleur1.bmp

N.B. Encore une fois les distributeurs nous gratifient d’un titre français ridicule, l’original étant : Stranger than Fiction

 

Filmo « scénaristes en crise » :

- Adaptation de Spike Jonze, 2002.

- Le créateur d’Albert Dupontel, 1999.




Frangins malgré eux

8022009

Brennan Huff et Dale Doback à 40 ans vivent encore chez leurs parents, jusque là tout va bien. Là où le bât blesse, c’est lorsqu’ils sont obligés de cohabiter après que la mère de l’un et le père de l’autre ont décidé de vivre ensemble.

Frangins malgré eux

Comment résumer ce film? Un mélange de Waynes Word, de Dumb and Dumber et des Frères Farrelly. Une comédie régressive comme on les aime, avec de l’humour gras, des coups gratuits dans la gueule, et des insultes à tout va. Le film dont on se dit envieux : « Quoi mais ya des mecs qui sont payés pour faire ça ! ». Passons la morale du carpe diem et restons nous même, et plongeons nous dans le léchage de crotte de chien, l’astiquage de batterie avec ses couilles…

Difficile d’en dire plus sur le film, c’est une accumulation de références (La nuit des morts vivants, Star Wars…), de gags prévisibles ou non, mais qui ne cesseront de vous réjouir si vous n’avez pas abandonné après 5 minutes de métrage. Le ressort comique est simple et efficace : deux gamins de 14 ans dans le corps d’hommes de 40.

C’est peu de dire que Will Ferrell est l’acteur comique du moment. On ne peut que se réjouir du retour (avaient ils vraiment disparus?) d’acteurs se dévouant à la cause de la comédie bête et méchante, là où d’autres ont peur de se laisser enfermer dans un rôle nuisible à leur plan de carrière.

Encore une fois on reste rêveur devant la palette de comiques de premier plan sortie du Saturday Night Live : Will Ferrell, Bill Murray, Mike Meyers, Adam Sandler …

vraivaleur.bmp

Filmo similaire :

- Les films des frères Farrely : Mary à tout prix, Fou d’Irène

- Waynes Word – 1992 avec Mike Meyers et le rare Dana Carvey

 

Filmo à éviter :

- Tanguy et autres comédies françaises







Playboy Communiste |
STREAMINGRATOX |
lemysteredelamaisonblanche |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Fascination
| hsm321
| voyagelook