• Accueil
  • > Recherche : a bord darjeeling limited

Fantastic Mr Fox

24032010

Mister Fox est un renard qui tente de se ranger. Fini les poulaillers et bonjour une vie plus raisonnable. Malheureusement, chassé la naturel il revient toujours au galop et au détour d’un déménagement, il se retrouve voisin de 3 fermiers, l’un élève des poules, l’autre des oies et le dernier produit du cidre. La tentation sera-t-elle trop forte ?

fantastic mr fox

C’est souvent en changeant de registre qu’on se dit: « Stalone dans une comédie ? ça n’est pas pour lui », « mais pourquoi Lynch s’est embarqué dans un film de science fiction ! », « Schwarzenegger en politique ? » bon ok je m’égare. Tout ça pour dire que des changements de ton ou de forme laissent souvent pantois, a fortiori quand on aime l’artiste concerné. Est-ce parce que je suis enclin à reconnaître la valeur de Wes Anderson sans réellement l’apprécier, toujours est-il que ce film est peut-être (selon moi) le meilleur qu’il ait fait jusque là.

Ce ton qui déroutait prend sa pleine mesure avec cette animation (presque) digne de Wallace et Gromit et de leurs auteurs. Mais l’animation ne fait pas tout, car en dehors d’un humour visuel simple et efficace (les yeux tourbillonnants, Mr Fox à table …) il y a aussi et surtout ces dialogues finement écrits et débittés à la vitesse d’une mitraillette. Ces dialogues mi-absurdes mi-existentialistes vont comme un gant à des personnages animés aux têtes de renards.

Je m’en rends compte seulement maintenant mais Wes Anderson raconte depuis longtemps des petits contes abscons, parfois simplement absurdes, des contes à qui il manquait cette part de magie (qu’il était  ultérieurement parti chercher en Inde). L’animation a fait le reste (bien aidée par une excellente partition musicale). Une réussite.

vraivaleur.bmp




Spun

14042009

Les destins croisés de dealers, consommateurs et de la faune qui tourne autour.

Spun

Le film de drogué pour jeunes a ses standards, un montage déconseillé aux épileptiques, une galerie de personnages hauts en couleur et délibérément caricaturaux (du moins il faut l’espérer), une dose d’humour et 3 ou 4 de came. Il faut accepter ce postulat pour si ce n’est apprécier, du moins tolérer ce genre bien particulier.

Il s’en suit donc un film décousu avec une succession de scènes, de sketchs pourrait on dire, certains sont bons (lorsqu’un des protagoniste joue l’indic) et d’autres beaucoup moins (le reste du film).

Une panoplie d’acteurs de plus ou moins premier plan, Rourke (The Wrestler), Brittany Murphy (Sin City), Jason Scharwtzman (A Bord du Dajerling Limited) …

Pas du grand cinéma mais ça se voit comme une BD quand on est aux toilettes. On préfèrera 10 000 fois la trilogie Pusher.

valeurmoyenne2.bmp

 

Filmo Teen Drug Movies:

- Requiem for a dream – De Darren Aronofsky 2001 – Très bien, mais bon le réalisateur de Spun semble s’en être rendu compte vu le pompage qu’il en a fait.

- Trainspotting - Danny Boyle 1996 – Bien

- Human Traffic – 2000 – Pas bien.




Répertoire Films de A à Z

11022009

0 – 9

A

B

C

D

E

F

G

H

I

J

K

L

M

N

O

P

Q

R

S

T

U

V

W

X

Y

Z




A bord du Darjeeling Limited – Ceux qui m’aiment prendront le train.

24012009

Avec ce nouveau film, Wes Anderson continue sa réflexion sur le famille et la perte de nos repères suite à la disparition d’un être cher.

A bord du Darjeeling Limited - Ceux qui m'aiment prendront le train. dans A bord du Darjeeling Limited darjeeling-limited

Le pitch : Trois frères partent en train à bord du célèbre Darjeeling. Ils ne se sont pas revus depuis le décès de leur père et, Francis (Owen Wilson) qui est à l’origine du projet, souhaite réveiller les liens qui les unissaient à travers ce voyage initiatique.

Le film, et c’est une habitude chez son réalisateur, oscille entre l’absurde et la comédie douce amère. L’humour est souspoudré avec parcimonie, on ne frise certes jamais l’overdose, mais ça fait mouche à chaque fois. Là où La vie aquatique avait du mal à nous tirer un semblant d’émotion, ici Wes y parvient avec plus de réussite. Les acteurs sont concernés (Adrian Brody lorsqu’il ramène le corps de l’enfant qu’il n’a pu sauver). La galerie de personnages, contrairement à La Famille Tenenbaum, est plus restreinte et c’est tant mieux, comme pour mieux appréhender chaque personnage.

Seul petit point négatif, on a la désagréable impression par moment de se retrouver dans Tintin au Congo. L’ensemble reste malgré tout satisfaisant et on peut imaginer qu’après La vie aquatique, La Famille Tenenbaum et ce Darjeeling d’assez bonne facture, l’auteur délaisse quelque peu sa thématique familiale pour se consacrer à des projets plus ambitieux.

valeurdevenir.bmp







Playboy Communiste |
STREAMINGRATOX |
lemysteredelamaisonblanche |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Fascination
| hsm321
| voyagelook