Walk hard

30082009

Grandeur et décadence du chanteur Dewey Cox, qui s’il a su changer de registres musicaux sans pour autant perdre ses fans, a d’un autre côté vu sa vie familiale se compliquer, entre tromperies, drogues et expériences de tout type.

Walk Hard

Aujourd’hui un biopic. Comment ça « encore ? ». Si je vous dit qu’il se base sur un chanteur qui … n’a pas existé. Que l’interprète est l’excellent John C. Reilly (Ricky Bobby : roi du circuit, Frangins malgré eux). Que l’univers du Rock’n Roll est caustiquement reconstitué. Et que les musiques sont soit bonnes soit droles soit les 2 à la fois. Toujours pas convaincu ? Ok, c’est une production Judd Appatow. Que ce qui disent « qui c’est ? » prennent la porte.

Le film est une parodie des biopics musicaux sortis dernièrement (Ray, Walk the Line) et l’excellent (je crois que je ne l’avais pas dit) John C. Reilly traverse le monde de la musique passant du blues, au hippie, du punk à la country, de l’herbe à la cocaïne, du LSD au viagra. La recette Appatow est désormais connue : un film comique au sein duquel une histoire plus sensible qu’il n’y parait se tisse autour de ses personnages. La devise est ainsi, chez Appatow le personnage est roi.

Les gags sont tous bons, on regrettera juste que le parti pis du faux biopic ne soit pas assumé jusqu’au bout, rajoutant de-ci de-là quelques bons mots supplémentaires. La dernier partie du film laisse un peu sur notre faim, délaissant un peu trop le registre comique. Un bon moment malgré tout.

presquevraivaleur.bmp







Playboy Communiste |
STREAMINGRATOX |
lemysteredelamaisonblanche |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Fascination
| hsm321
| voyagelook