Une Affaire d’Etat

4042010

Un avion rempli d’armes explose en plein vol au dessus du Golfe de Guinée. Comment cet accident va-t-il avoir des répercussions à plusieurs milliers de kilomètre de là ?

 Une affaire d'Etat

Un bon film et un bon réalisateur se reconnaissent à une chose : on leur pardonne leurs faiblesses (exagérations, incohérence, le manque de moyens …) car ce qu’ils apportent, finit toujours par transcender l’ensemble.

Une Affaire d’État aurait très bien pu s’appeler un Système d’État. Là est le véritable leitmotiv du film. Montrer que tout n’est qu’un gigantesque système dans lequel tout le monde trempe. De près, ou de loin. A l’image de la scène d’intro qui présente entremêlées des images de guérillas en Afrique et, de notre confort occidental; le film est une succession d’enchevêtrements d’endroits ou de personnes qui ne devraient a priori n’avoir aucun lien entre eux. Mais qui dit système, dit implications complexes. Personne n’est tout blanc ou tout noir, à l’image de l’actrice principale qui déroge aux stéréotypes consensuels de la jeune beurette (cf ITW donné par Eric Vallette à Impact), ici dixit le réalisateur c’est une version féminine d’un « Charles Bronson votant à droite ». C’est loin de ce que l’on a l’habitude voir mais c’est bel et bien toute la force du projet.

Toute cette intrigue très cinéma américain des 70′s est parfaitement mise en scène avec la volonté affichée d’un cinéaste qui a des choses à dire et dont le style est réfléchi et si différent de la soupe aseptisée des polars habituels. J’en prends pour preuve la mort de passants tués accidentellement par l’un ou l’autre des protagonistes sans pour autant que l’histoire ne s’arrête ni ne s’accable sur leurs sorts. Cette histoire touche tout le monde, du personnage lambda de la rue, aux plus hautes sphères de l’état. L’action se passe à l’Elysée mais aussi en banlieue, à la Défense ou sur un banc public. Le lancinant thème musical donne lui la pleine mesure ce système dont la fin semble implacable.

Enfin si vous n’êtes pas convaincu, la prestation de Thierry Frémont, sorte de De Niro des jeunes années vaut assurément le coup d’oeil.

Cette histoire où tout n’avance que par deal pour mieux reculer par trahison est ce qui s’est fait de mieux dans le genre en France depuis de nombreuses années. A voir.

vraivaleur.bmp







Playboy Communiste |
STREAMINGRATOX |
lemysteredelamaisonblanche |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Fascination
| hsm321
| voyagelook