Triangle

10042010

En pleine tempête, un voilier fait naufrage dans le triangle des bermudes. Ses occupants trouvent refuge sur un étrange bateau étonnement désert.

Triangle

Après un Creep sentant The Descent, après Severance sentant la série B parodique, arrive Triangle qui sent, oui d’ailleurs que sent-il ? Bof peu importe on verra ça à la fin de l’article (ou pas).

C’est indéniable de film en film, Christopher Smith progresse. Même si soyons honnête Creep n’avait rien de génial. Cette histoire de bateau hanté supplante la très grande majorité des films du même genre (le « la très grande » étant plus pour se couvrir contre d’éventuels contre exemples car à première vue je n’en vois pas). La bonne idée est que le mal n’est plus un élément inconnu et extérieur au groupe. Tout ça sous couvert de mythologie appuyé avec suffisamment de justesse pour qu’on puisse prendre cela pour de la finesse. Quand on connaît quelques anglais, chapeau !

A l’image d’Un jour Sans Fin, la construction du film, de part cette idée maîtresse (les curieux iront voir le film pour la connaître), fait le film. La curiosité, l’étonnement et les différents angles de vue font que l’on ne s’ennuie jamais. Si la cohérence peut paraître confuse et prête à discussion (les 5 dernières minutes et cette connexion entre début et fin ) le film est suffisamment agréable pour passer un bon moment de cinéma. Avec des frissons, de la réflexion, quelques interrogations, Triangle sent … bon le puzzle cauchemardesque.

Valeur en devenir







Playboy Communiste |
STREAMINGRATOX |
lemysteredelamaisonblanche |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Fascination
| hsm321
| voyagelook