The Social Network

17102010

Qui, quoi, où, comment Facebook ?
Qui, quoi, où, comment Mark Zuckerberg ?
Film.
Clap de fin.

the social network

Il existe des règles immuables au cinéma, et celle selon laquelle David Fincher réalise un bon film sur deux est une de celles-ci. Alors qu’il sort d’un décevant Benjamin Button, l’annonce de son nouveau projet, oh combien d’actualité ne pouvait que nous combler.

The social network a tout du film bien fait car Fincher sait raconter une histoire. Ca aurait pu être chiant, il s’agit d’un certain point d’un film de procès, mais le tout est rythmé grâce à une structure riche en flashbacks et à des dialogues percutants. De plus Fincher maitrise bien son sujet – le livre duquel il tire son film doit être bien clair – et il capte vraiment bien l’essence, l’importance de chaque scène, et les transmet parfaitement au spectateur. On ne s’emmêle jamais les pinceaux, on comprend bien comment est né le site facebook, ses enjeux, les problèmes qu’ils ont engendrés, on vibre, on écoute, on s’émeut, on s’enthousiasme, on s’interroge ; l’histoire est emmêlée et passionnante.

Le film est un film de procès mais c’est aussi, et surtout même en fait, un film sur la personnalité de Zuckerberg. On apprend tout de lui : comme il est égocentrique, comme il est génial, comme il est seul – atrocement seul, rejeté par la gente féminine (un des principaux moteurs de la création de facebook) – et comme il veut aller loin dans la vie et tout seul là encore. On a dit que le film n’épargnait pas le fondateur de facebook mais c’est assez mensongé : le paradoxe de la personnalité du héros, la perpetuelle confrontation entre son égocentrisme et son besoin des autres, entre son génie et son humanité est parfaitement retranscrite ; le portrait complexe parait réaliste. En tous les cas il est intéressant, et magnifiquement interpreté comme d’habitude par Jesse Einsenberg. Les autres personnages et acteurs ne sont pas en reste et Justin Timberlake, habitué bizarrement aux rôles d’homme faible, porte un peu plus la voix et a plus d’expressions que d’habitude.

Le film est aussi le portrait d’une génération, de celle justement qui a créé d’elle même un site comme facebook, et de celles des geeks géniaux qui ont leurs propres codes et leur propre vision du monde. Bref, les lignes de lecture sont multiples et le tout est riche, divertissant, intéressant, entrecoupé de quelques anecdotes sympas – qui apportent de la légèreté au film – où l’on découvre comme sont nées certaines idées que l’on retrouve sur le plus grand réseau social du monde.

Un film à voir ! C’est quasiment historique.

vraivaleur.bmp







Playboy Communiste |
STREAMINGRATOX |
lemysteredelamaisonblanche |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Fascination
| hsm321
| voyagelook