The Fall

3012010

C’est dans un hôpital d’Hollywood que Roy et Alexandria font connaissance. Le premier est cascadeur, la seconde une enfant de cinq ans. De cette rencontre, Roy fait naître une histoire dans laquelle se mêle avec de plus en plus d’insistance la réalité.

The Fall

Film à l’onirisme débordant (dégoulinant ? je ne pense pas, une seconde vision serait sûrement nécessaire), à l’histoire simple (et si c’était ça le cinéma ?) et aux images sublimes. Le réalisateur semble s’être tenu pour mission de montrer toutes les plus belles images du monde sur quelques minutes de pellicule. Si certaines tombent comme un cheveu sur la soupe et font penser à une succession malhabile de cartes postales empilées ça et là, d’autres, les images indiennes, et du Rajasthan en particulier, sont sublimes et apportent autant qu’elle magnifient ce récit épique.

Par certains côtés le film fait penser au projet ‘ »Qatsi » (produit par Soderbergh), ici les producteurs se nomment Fincher et Jonze, deux metteurs en images pour le moins connus. L’univers du rêve au cinéma incarné avec talent par des réalisateurs comme Gilliam et Del Toro entre autres est-il amené à se tourner vers cette surenchère visuelle ? C’est à ne pas espérer, malgré la sympathie que l’on peut éprouver pour ce genre de projet (qui tient la route essentiellement par la simplicité des propos et de l’histoire) cette tendance ne serait pas salutaire. Ce qui est valable pour ce genre l’est pour tous. Pour qu’une oeuvre soit bonne, elle se doit d’être sincère, la mode étant par définition fallacieuse, l’incompatibilité n’est pas à démontrer.

Film à voir (c’est le cas de le dire), sur grand écran de préférence. Mention spéciale à sa jeune interprète féminine (sorte d’alter ego à Jodelle Ferland dans le convaincant Tideland).

presquevraivaleur2.bmp

 

 

 







Playboy Communiste |
STREAMINGRATOX |
lemysteredelamaisonblanche |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Fascination
| hsm321
| voyagelook