Rec 2

29112010

Quelques minutes (quelques heures ?) après l’intervention d’une unité de sapeurs pompiers et sans nouvelles des derniers occupants de l’immeuble, une brigade d’intervention est envoyée sur place. En son sein, un prêtre.

Rec 2

Caméra à la première personne, histoire en quasi temps réel, image crade et lumière faible, Rec 2 n’est pas ce que l’on peut appeler un film reposant. Plus encore que son prédécesseurs, Rec 2 joue la carte de l’adaptation officieuse d’un genre vidéo-ludique au cinéma.

Si cette suite n’atteint pas les sommets d’effrois du premier épisode, si elle ne révolutionne pas le genre (l’évolution narrative tient à la multiplication des points de vues) ou si elle peut paraître  »facile » dans la veine d’une exploitation de filon, Jaume Balaguero en spécialiste hispanique du cinéma d’horreur (On lui doit quand même : La Secte sans nom, Darkness, Fragile, Rec, Rec 2…) arrive à en faire un produit digeste. Difficile pour le néophyte de bien appréhender ce concept de film d’horreur glauque, pesant et digeste.

Heureusement pour le rythme cardiaque du spectateur, le film s’essouffle sur la fin. Mais Rec fait parti de ces franchises dont on ira voir avec curiosité et plaisir les numéros 3, 4, 5, 10. Un mix de Resident Evil, Aliens et l’Exorciste, ça vous fait pas envie vous ?

Valeur en devenir







Playboy Communiste |
STREAMINGRATOX |
lemysteredelamaisonblanche |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Fascination
| hsm321
| voyagelook