Lonesome Jim

9022010

Le retour au bercail de Jim, 27 ans, ne se fait pas sans difficultés. Rien ne l’intéresse et il ne s’intéresse à rien. Sa vie, et même celle de son frère, est morne et désincarnée. Seule sa mère (une optimiste invétérée) et Anika arrivent à mettre un peu de couleur à ce sombre tableau.

Lonesome Jim

On ne sait pas pourquoi mais il y a des types à qui on accorde facilement un capital sympathie. Et Steve Buscemi est l’un de ceux-ci. Non pas qu’il ait une filmographie (en tant que réalisateur ou qu’acteur) de dingue, il y a des bons films certes, mais allez savoir, il existe des gens qu’on a envie de trouver sympa. Cela vient peut-être de son physique. Enfin bref Lonesome Jim est un film à l’image de son réalisateur, sympa mais pas géniale, non je corrige, c’est un bon film fait sans génie. Par moment drôle, vaguement touchant, abordant un sujet de société.

Sur ce sujet le métrage Steve Buscemi tombe juste. A décrire le désarroi d’une génération issue de la middle class, trop maternée pour avoir en elle un fighting spirit et trop désabusée tout simplement de se rendre compte de l’impossibilité d’accéder à ses rêves. Une génération qui refuse le chemin emprunté par  ses parents mais qui sera obligé de le suivre malgré tout, par dépit. Une génération no future qui ne souffre pas par les autres mais par elle même et à laquelle Casey Affleck apporte, avec une certaine crédibilité, sa grande carcasse et nous sert un personnage tout ce qu’il y a de plus irritant.

Là où c’est moins bien, et l’on sent que Steve Buscemi souhaitait insuffler une vague d’optimisme et de gaieté sur ses personnages qui en manquent singulièrement, c’est qu’il termine son film de façon assez grossière. En l’espace d’une seconde, en l’espace d’un déclic, Jim change du tout au tout. Il semble prendre les résolutions qu’il n’a jamais su prendre et cet happy-end est aussi malvenu que mensonger. Dans la veine d’un ciné indépendant optimiste et vaguement moralisateur, Steve Buscemi s’est sacrifié sur l’autel de la bonne conscience. Bon, il a de la chance car il a une bonne tête et on lui pardonne.

Valeur en devenir







Playboy Communiste |
STREAMINGRATOX |
lemysteredelamaisonblanche |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Fascination
| hsm321
| voyagelook