Les Beaux Gosses

11112009

Camel et Hervé sont deux adolescents moyens, peut être même un peu trop moyens. Leurs pensées sont accaparées par les meufs et leur envie de découvrir les plaisirs charnels. Malheureusement quand on est plutôt moche, timide, vaguement idiot (adolescent quoi) tout est plus compliqué.

Les Beau Gosses

Cet post ne portera pas sur une comparaison entre comédie amerloc façon Américan Pie (où des acteurs de 30 ans jouent le rôle de ceux de 18) et cette dernière made in France. Contrairement à une précédente critique où je reprochais à Vertige de « trop » respecter les codes, ici, Les Beaux Gosses fait preuve d’une identité propre, qui qui plus est ne rend pas le film bancal, en ça c’est déjà une petite réussite.

Ce qui fait le film c’est d’avoir touché du doigt tous ces instants risibles, où l’adolescent n’est pas à son avantage, ces situations cocasses, extrêmes parfois. Entre leur touch (rien que pour ça le film valait le coup d’être fait), des dialogues savoureux teintés d’humour mais pas si loin que ça de la réalité, de jeunes acteurs inconnus et pas plus mauvais que certaines têtes d’affiches, une « glauquitude » assumée et donc dédramatisée, entre tous ça donc Les Beaux Gosses est une réussite.

Mais, mais, il n’y a pas un petit mot méchant ? Si bien sûr, on dit qu’on a souvent les défauts de ses qualités, et Riad Sattouf a la fâcheuse tendance à réaliser son film comme il fait ses BD, une case, une vignette puis une autre case une autre vignette… Le film aurait gagné avec des scènes plus longues, qui restent plus longtemps imprégnées au cerveau (temps de cerveau disponible) suscitant une empathie plus forte.

Malgré cette maladresse, Les Beaux Gosses reste un bon film, artisanal et vrai. Pas si loin de l’amerloc Supergrave.

presquevraivaleur2.bmp







Playboy Communiste |
STREAMINGRATOX |
lemysteredelamaisonblanche |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Fascination
| hsm321
| voyagelook