Les banlieusards

16032010

Dans une banlieue paisible, le quotidien du quartier se retrouve bouleversé à l’arrivée d’un nouvel occupant.

Les banlieusards

C’est toujours ennuyeux de critiquer quelqu’un qu’on aime bien, mais ce film résume et explique assez bien l’échec (commercial du moins) que connaît Joe Dante depuis une vingtaine d’années.

Le Dante qui prend un malin plaisir à détailler les gazons américains, les boites à outils, le drapeau qu’on hisse… ce Joe Dante là on l’aime, on sent le côté poil à gratter qui fait que rien n’est jamais aussi lice qu’il n’y parait. On a envie de se laisser porter car le propos n’est pas pour nous déplaire. Et pourtant, on a une désagréable impression par moment d’être devant un Disney. Là où l’on souhaiterait voir un film pour enfant destiné aux adultes, c’est souvent l’inverse qui se produit.

Sont-ce les studios qui sont fébriles ? Joe essaye-t-il en vain de reproduire son plus grand succès (Gremlins) ? Toujours est-il que devant cette incapacité à trancher et à choisir un genre, ses projets en deviennent simples et perdent de leur intérêt. On aimerait qu’il continue dans la critique acerbe d’un mode de vie mais il semble plus intéressé par garder une classification « tout public ».

Ce trop gentillet The Burbs gagnerait à être raccourci. En s’orientant vers la TV, Joe Dante n’a d’ailleurs peut-être pas fait le plus mauvais choix de sa carrière.

valeurdevenir.bmp

PS. Promis je tenterai de mettre une critique positive dans un prochain post.

 

 

 







Playboy Communiste |
STREAMINGRATOX |
lemysteredelamaisonblanche |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Fascination
| hsm321
| voyagelook