La Vague

24112009

Rainer est prof dans un lycée allemand. Le genre de prof plutôt cool et proche de ses élèves. Lors d’une semaine à thème il enseigne à ses élèves le totalitarisme, et afin de le leur rendre plus compréhensible, il décide de les faire simuler un tel régime à travers un jeu de rôle géant qui va malheureusement prendre une ampleur démesurée.

La Vague

Basée sur un best-seller, la Vague a cette idée forte, ce postulat imbattable (comment tomber sous le joug du totalitarisme ?) qui fait que le film sera inévitablement suivi jusqu’à la fin. La trame de l’histoire est connue de tous les spectateurs, aussi tous seront portés sans véritable surprise mais avec intérêt (par la vague) jusqu’à la fin. Un rare exemple de film conceptuel qui se suffit à lui même.

Le film pêche plus par les stéréotypisation des élèves. S’il est évident qu’on ne peut qu’esquisser la personnalité d’un quinzaine de personnage en 1h30 de temps, encore faut-il le faire et s’en donner les moyens. Dennis Gansel va trop vers la simplification et encore une fois la maxime de Paul Valéry trouve sa pleine mesure dans le cinéma : « Ce qui simple est faux et ce qui est compliqué est inutilisable ». Littérature : 1, Cinéma : 0.

Avec tous les tics visuels qui vont avec (MTV rules), la réalisation fait preuve d’un certain jeunisme,  qui peut paraître indigeste mais qui a le (seul et illégitime) mérite de rendre ce film « regardable » par le plus grand nombre, accessible aux germanophobes avides de la caricature Allemagne = Derrrick (sisi ces gens là existent, j’ai leurs adresses). Quand faussesvaleurs est à deux doigts de justifier l’uniformisation et la mondialisation de la culture le monde est en danger !!

demipresquevraivaleur.bmp







Playboy Communiste |
STREAMINGRATOX |
lemysteredelamaisonblanche |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Fascination
| hsm321
| voyagelook