Kill Me Please

9052011

Le docteur Kruger rêve de faire entrer « le suicide dans la modernité ». Il offre à ses patients le service d’une clinique où l’on peut mourir en toute tranquillité, un verre de champagne à la main. Mais dans la clinique de la « mort idéale », rien ne se passe comme prévu.

Kill Me Please

Il y a des gens qui aiment les films coréens, pour d’autres c’est Scorsese ou encore le cinéma belge. Mais comme pouvait le dire le prophétique générique d’Arnold et Willy :

C’est vrai, faut de tout tu sais
Faut de tout c’est vrai
Faut de tout pour faire un monde.

Alors, pourquoi pas. Le thème coréen c’est la vengeance, Scorsese, la rédemption, le belge c’est la déprime ironique avec Poolevoerde dans le rôle titre (j’exagère, il n’apparaît que quelques minutes dans KMP). Bref, on craint toujours de tomber un peu dans la caricature, et l’affiche qui nous rappelle que les producteurs sont les mêmes que ceux de C’est arrivé près de chez-vous, n’est pas là pour nous rassurer. L’esprit de C’est arrivé, c’est justement un peu l’opposé de tout ça. Mais bon, ce ne sont que des considérations dérisoires, revenons au film.

Son point fort, c’est son pitch. C’est simple, c’est vendeur, et plutôt dans l’air du temps. Il a un avantage commercial dirons-nous. Son point faible : sa tendance, que dis-je, sa volonté à rechercher cet humour noir, ce semblant d’anti-conformisme conformé. L’association est involontairement étonnante, mais KMP c’est un peu ça malgré tout. Une tentative de provocation… mais pour plaire. Drôle de paradoxe me direz-vous. Pour la technique, à l’ouest rien de nouveau. Du plan-plan avec un noir et blanc au gros grain. Ni bon, ni mauvais, c’est une marque de fabrique établie.

Au milieu, des acteurs qui ont chacun leur petit sketch, ils s’en sortent plutôt pas mal (Bouli Lanners entre autre), à l’exception de la télévisuelle Virginie Efira qui, si concentrée qu’elle est, à deux doigts de la récitation, semble tout droit sortie des bancs de l’école. Appliquée à défaut d’être talentueuse. Pa grave, c’est toujours ça qu’on peut afficher.

Enfin voila, c’est balisé, c’est convenu, et on sourit gentiment (et c’est peut-être déjà pas mal). La fin s’excite heureusement un peu plus pour apporter une timide brise de folie.

valeurdevenir.bmp







Playboy Communiste |
STREAMINGRATOX |
lemysteredelamaisonblanche |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Fascination
| hsm321
| voyagelook