Jennifer’s Body

28092009

Jennifer est la bombe du lycée. Needy est sa faire valoir. L’alchimie entre les deux tient à peu près jusqu’au jour où Megan pardon, Jennifer se fait enlever par un groupe de rock avide de pratiques sataniques.

Jennifer's Body

L’attrait du film vous l’avez compris, c’est Megan Fox, la fille dont on entend parler toute la journée, celle qui fait les couvertures de journaux, qui booste les sites internet et qui en est devenue tout simplement exaspérante. L’envie de tirer à boulets rouges sur le film est donc présent à l’esprit de toute personne un tant soit peu sensée. La réalisatrice (Karyn Kasuma) qui n’est pas naïve à cet endroit, se sort du piège Mégan Fox, avec, admettons le, les honneurs. L’actrice pose évidemment son jolie minois et ses lèvres de 2 mètres de haut, mais l’histoire et le rôle le plus intéressant échoient à la convaincante Amanda Seyfried. La première mission du film est alors remplie : montrer Mégan tout en faisant un film à côté.

Mais encore faut il faire un film ! De ci de là on a bien quelques envolées, quelques piques, des réflexions sur une société dans le post traumatique, sur les récupérations opportunistes (le groupe de rock), l’adolescence et la recherche de soi. Mais disons le tout net, le fond de l’histoire est insipide et la fin bâclée, ce qui dans un sens n’est pas plus mal.

Probablement mieux que Twilight. Mais est-ce suffisant ?

valeurdevenir4.bmp

PS. Ah quelles sont pratiques ces bibliothèques américaines où l’héroïne peut comprendre le sens de ses malheurs et le moyen de les conjurer. Tout ça en dit long sur notre dépendance à l’image, « je l’ai vu dans un bouquin (un quoi?) », « bah, c’est forcément vrai alors »







Playboy Communiste |
STREAMINGRATOX |
lemysteredelamaisonblanche |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Fascination
| hsm321
| voyagelook