Il divo – Filmer n’est pas jouer

13012009

L’histoire de Giulio Andreotti alias Il divo que l’on suit quelques années des 50 qu’il passera proche du pouvoir. Entre cynisme, magouilles politiciennes et mafia.

Il divo

Que dire du film? Les liens supposés avec la Mafia ne sont, à l’image de la réalité, que trop peux développés et pour être honnête on se désintéresse vite de l’histoire.

Ce biopic qui aurait pu, aurait du, se transformer en portrait à charge finit même par la talent de son acteur principal à se transformer en une quasi-hagiographie. Où comment un acteur investit, un sujet potentiellement brûlant et un mise en scène alerte, ne suffisent pas toujours, quand il n’arrive pas qu’ils se parasitent.

On finirait presque par souhaiter que le réalisateur Paolo Sorrentino, délaisse un peu sa mise en scène talentueuse mais tapageuse – la présentation du clan Andreotti au début du film est en cela symptomatique, on se croirait dans un clip MTV, l’ironie est évidemment de mise mais la crédibilité du film en pâtit.

Le film obtiendra le Prix du Jury au Festival de Canne 2008, récompensant plus finalement, un cinéma Italien qui depuis 10 ans essaye de renouer avec ses illustres prédécesseurs néo-réalistes. Les films se font plus engagé, le public semble suivre, alors certes tous les films ne sont pas du même niveau, mais la qualité des réalisateurs est évidente (Nani Moretti, Paolo Sorrentino, Matteo Garrone…). On en espérerait presque une contamination du cinéma français.

valeurdevenir.bmp







Playboy Communiste |
STREAMINGRATOX |
lemysteredelamaisonblanche |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Fascination
| hsm321
| voyagelook