Harvey Milk

4052009

Le parcours d’Harvey Milk, entre New York et San Francisco des années 70, un parcours fait d’embûches, de courage et d’une certaine idée de la liberté. Un militant de la cause gay, qui mènera son combat dans l’arène politique.
Harvey Milk

Un biopic sur le 1er élu homosexuel au monde, euh pardon aux États-Unis, le sujet semi-conceptuel a tout du projet casse gueule. Son auteur, Gus Van Sant, est par ailleurs coutumier du fait, avec plus (Elephant) ou moins de talents (Psycho).

A l’entame du film, plusieurs questions se posent, va-t-on assister à un déluge de bons sentiments ? A un one man show oscarisable de l’acteur principal ? A une leçon de morale ? A un coup de pied dans la fourmilière ? Ou à un mélange de cet ensemble ?

Alors certes, le déluge de bonnes intentions et de bons sentiments n’est pas évité, la cause mérite d’être défendue mais on aurait apprécié qu’elle le fut avec un peu plus d’originalité (le modèle du biopic est respecté trop scrupuleusement à la lettre : débuts laborieux, premiers succès, premiers échecs, doutes …) et de manichéisme. Les acteurs, ont la fâcheuse tendance de nous retranscrire une communauté gay stéréotypée façon cage aux folles. Mais dans l’ensemble ne boudons pas notre plaisir de voir tapper sur l’Amérique puritaine (c’est véritablement le tour de force du film), chrétienne et pourfendeuse des valeurs familiales, des années 70, qui par le truchement de Georges W. avait repris certaines couleurs ces derniers temps.

D’un point de vu de la réalisation, le film alterne images d’archives, flashback et réalité, ce qui donne au film ces accents de véracité et au contraire d’un Frost/Nixon, la réalisation est ici plus dynamique et inspirée et permet d’alléger quelque peu la durée du récit (2h15).

presquevraivaleur5.bmp

 







Playboy Communiste |
STREAMINGRATOX |
lemysteredelamaisonblanche |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Fascination
| hsm321
| voyagelook