Halloween 2

13122009

Michael Myers  est de retour il est venu chercher sa soeur, l’horreur est de retour.

Hallween 2

L’affiche ne trompait pas (comme souvent), de l’esthétisme, un soupçon d’humour noir, aucune concession. Il n’y a aucun doute, si certains réalisateurs utilisent le film de genre pour se faire un nom, Rob Zombie, n’est pas de ce genre là, l’horreur il l’aime, il la connaît, il est comme un poisson dans l’eau. Cela faisait si longtemps qu’on n’avait pas vu un tel film. Quel film ! Quelle claque ! Quelles 25 premières minutes ! Presque trop fortes tellement elles sont difficiles à dépasser. Si passé la première demi-heure vous n’avez pas aimé, pas la peine de vous forcer vous resterez hermétiques au reste.

Alors certes Rob Zombie n’est pas Stanley Kubrick, il y a ci et là certains points à peaufiner, ok c’est parfois un peu tout much, mais quel film d’horreur sorti dernièrement peut se targuer d’aller aussi loin ? d’être aussi sûr de lui ? de tout se permettre ? L’esthétisme (qui à n’en pas douter ne fera pas l’unanimité) est extrêmement travaillé, on est loin de la réal aseptisée classique, le gore est présent, Myers est invulnérable, et cela n’a qu’un but : le rendre plus terrifiant. Les films d’horreurs se doivent d’avoir des bad guys, Rob Zombie l’a bien compris. Ouf.

L’autre force du film c’est que de l’Halloween original, celui de big John Carpenter, il ne reste plus rien ou presque. Non pas que La Nuit des Masques soit mauvais, bien au contraire, mais dans cette avalanche de remakes dont seul Hollywood a le secret, Zombie s’affranchie du matériau original, il fait d’Halloween, SON Halloween. Un film qui ressemble a son auteur et qui confirme le bien que l’on avait pu penser en regardant The Devil’s Rejects.

S’il y autant d’enthousiasme dans cet article c’est que pour une fois le genre se renouvelle, il ne le fait  pas par son scénario (basique) ou par un twist merdique, mais il fait comme seul un cinéaste peut le faire, par la réalisation, par des choix. A l’heure des Unborn, Jennifer’s Body ou Paranormal Activity, à l’heure de ses bouses intersidérales il y a des gars qui font bouger les lignes. Que ceux qui ont le nez creux se réjouissent, ce genre de film ne sera apprécié à sa juste valeur que dans 15 ans. En attendant d’autres bouses nous aurons submergées.

vraivaleur.bmp







Playboy Communiste |
STREAMINGRATOX |
lemysteredelamaisonblanche |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Fascination
| hsm321
| voyagelook