Deux en Un

5012010

Bob et Walt sont frères siamois. Ayant toujours vécu ainsi ils refusent de se faire séparer. Ils font tout ensemble, et quand on dit tout c’est TOUT ! Mais Walt décide un jour de partir vivre sa passion à LA : l’acting.

Deux en Un

Un sujet potache, ou du moins au potentiel potache presque illimité. Les frères terribles d’hollywood aux manettes (Dumb and Dumber, Mary à Tout Prix, Fou d’Irene…). Mais une fois encore, un concept ne fait pas un film, tout au mieux, quand c’est bien fait il comble le premier tiers du métrage. Arrive donc le moment fatidique du passage du premier tiers (que certains gangs de réalisateurs ont surnommé les portes de l’enfer), le moment de faire un choix. Soit l’on pousse le gag jusqu’au bout, soit on bifurque dans une autre direction (une romance, une réflexion philosophique…).

Dans 2 en 1 les frérots ne font pourtant ni l’un ni l’autre, et avec cela c’est plutôt réussi. Comprenons nous, l’histoire est sympathique, un peu loufoque (pas assez), pleine de clins d’oeil (cf Malcolm et Cher, sur le monde du cinéma), où encore la symbolique entre Bob et Walt et les frères Farrelly se fait de plus en plus insistante.

Les blagues font mouche et pourtant difficile d’être totalement convaincu. Malgré ce concept Larger than Life, le film fait plus mature (oh le gros mot !!) soit exactement le contre-pied de ce pourquoi on aimait leurs précédents film. Peut-être est-il tout simplement trop long ? En voyant ce film on se dit que l’idéal eut été de confier le projet aux créateurs de South Park, Trey Parker et Matt Stone (auteurs du génial Team America).

Valeur en devenir







Playboy Communiste |
STREAMINGRATOX |
lemysteredelamaisonblanche |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Fascination
| hsm321
| voyagelook