Dead and Breakfast

25122009

Perdus sur la route qui les conduit au mariage d’une amie, 6 jeunes gens décident de s’arrêter dormir dans un bed and breakfast pour le moins particulier.

Dead and Breakfast

Quand l’agence tout risque rencontre Evid Dead et The Rocky Horror Picture Show, ça donne ça. Un film sans Sam Raimi ni Tim Curry ou Hannibal Smith, mais un film qui respecte la ligne de conduite qu’il s’est fixé : filmer du sang sans prise de tête, du gore fun. Évidemment ceci est réservé aux fans du genre, qui eux seuls pourront apprécier le déluge d’hémoglobine et l’humour de sang frais.

Alors oui, ça manque un peu de cohérence, certaines scènes tombent comme un cheveu sur la soupe, il y a certaines facilités dans le scénario, MAIS, les make-up sont bons, le film fait moins de 90 minutes et tout ça sans se prendre au sérieux.

Parfait pour un réveillon de Noël en famille, entre l’oncle Auguste qui bave dans sa soupe, la grand mère Yvette qui s’est endormie et Germain le cousin qui semble s’être fixé comme objectif de terminer toutes les bouteilles qui ont eu le malheur d’être débouchées.

presquevraivaleur.bmp

PS. Amusant de voir une fois encore l’image que l’on renvoie du monde rural (prononcer : Redneck par les citadins). Le Syndicat des défenseurs des minorités opprimées ne devrait pas tarder à porter plainte (un peu comme l’office de tourisme d’Écosse avec Sweet Sixteen).

 

 

 







Playboy Communiste |
STREAMINGRATOX |
lemysteredelamaisonblanche |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Fascination
| hsm321
| voyagelook