Combat sans code d’honneur

21092009

Le parcours chaotique de Hirono Shozo, qui dans le Japon d’après Guerre, intègre un clan Yakuza dans lequel il se rend compte que l’honneur n’a plus la valeur qu’il c’était imaginée. Décadence d’une société vaincue à l’après guerre.

Combat sans code d'honneur

Fukasaku est connu par chez nous pour avoir réalisé Battle Royal (son dernier film) et influencé entre autres Quentin T, Takeshi K, Takashi M… Son oeuvre est pourtant bien plus large, complexe et intéressante que cela, et à l’image d’un Sam Peckinpah qui sévit à la même période, il laisse derrière lui, une oeuvre violente et sans concession, qui (pardon pour l’oxymore) brille par sa noirceur.

Combat Sans Code d’Honneur est de ces films à qui l’on pardonne beaucoup, on pardonne cette histoire par moment confuse, certains plans qu’on devine réalisés (trop) rapidement, car derrière tout ça se cache toujours une pépite, un plan magnifique, une orchestration des meurtres sublimée par une musique dans laquelle Kill Bill n’a pas hésité à puiser.

Le film est à l’image de l’histoire, il ne se prive de rien et on assiste anarchiquement à des scènes de nus, à des amputations, le tout dans un réalisme exacerbé. Le film est rythmé, nerveux, rarement une mise en scène aura collé aussi bien à son sujet. Le propos est lui sans équivoque : l’immoralité est partout, et ce jeune qui devient yakuza malgré lui en fait rapidement les frais. Un film qui renvoie assez loin les images policées du Japon d’après guerre ou des yakuzas. A voir.

vraivaleur.bmp

 

Filmo Fukasaku conseillée :

- Le Cimetière de la morale, 1975

- Battle Royale, 2000







Playboy Communiste |
STREAMINGRATOX |
lemysteredelamaisonblanche |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Fascination
| hsm321
| voyagelook