Bellamy

4102009

Alors qu’il est en vacances dans le sud de la France, le commissaire Bellamy doit faire face à une étrange enquête et à l’arrivée de son jeune frère alcoolique.

Bellamy

Plusieurs raisons de se réjouir, et d’une on ne s’ennuie pas, l’entremêlement de l’enquête et de la vie personnelle de Depardieu permettent au film d’avoir un intérêt croissant, et de deux, le film est fait, on le sent, par quelqu’un qui se fait plaisir qui imprime une certaine légèreté et un certain humour comme en témoignent les dialogues du film : « une étagère ? « , « c’est pour mettre des livres », « mais les livres sont lourds », « quand c’est des polars c’est plus léger ».

On est donc en présence d’un film à la fois, léger, amusant et mystérieux, Chabrol s’amuse à perdre le spectateur, à ne pas trop le renseigner, ou du moins jamais trop tôt. La mise en scène laisse planer le mystère et est en totale concordance avec l’annonce de secrets que l’on sait inévitable. Comme dans une certaine tradition du polar le personnage évolue, se fissure, doute à mesure que son enquête avance.

Sur le fond, le film est placé sous le thème du double (Bellamy et son frère, Noël et le clochard) et de la fatalité. Pour que l’un survive son jumeau devra mourir.

Les acteurs sont bons, Depardieu est en roue libre mais il sait faire, Giocante et Gamblin font le boulot, c’est plus poussif pour Cornillac qui en fait des tonnes (la faute à un rôle trop typé ?) mais allez savoir pourquoi c’est ce dernier que les spectateurs retiendront !

presquevraivaleur.bmp







Playboy Communiste |
STREAMINGRATOX |
lemysteredelamaisonblanche |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Fascination
| hsm321
| voyagelook