Abattoir 5

17022011

Un ancien soldat américain, survivant des bombardements de Dresde en 1945, se réfugie dans ses souvenirs, car il a le don de voyager dans le temps.

Abattoir 5

Film reconnu mais méconnu du grand public, Abattoir 5 fait partie de cette catégorie enviée de films qui vous impriment la rétine. Evidemment le cinéma de SF des 70′s est par moment assez daté, mais pour peu qu’on en ait pris l’habitude, ou au pire qu’on fasse abstraction, le désagrément disparaît vite, c’est peu de le dire. De toute façon et heureusement, le film est assez économe en effets. C’est par le montage qu’il prend tout son sens. Le présent, le passé, le futur, chaque période ne fait que répondre à une autre. Si l’on est assez habitué à disséquer les répercussions futures d’une horreur au présent, l’astuce ici tient à cette anachronisme délirant : le futur joue sur le présent du personnage.

Sous ses allures, au premier abord, de film déconstruit, Abattoir narre finalement de façon linéaire (mais jamais ennuyeuse grâce à ce montage en trompe l’oeil) la vie de Billy Pilgrim. Thèmes nostalgiques et vendeurs par essence, la vieillesse et la mort conjuguées arrivent toujours à capter le spectateur averti. Autre qualité du film, son interprète principal, Michael Sacks, qui de par son visage et les expressions qu’il lui fait prendre, arrive à insuffler toute la philosophie empreinte de fatalisme du personnage : So it goes (C’est la vie).

Outre l’intérêt narratif de l’histoire, il faut bien voir qu’Abattoir 5 raconte cette tentation, cette volonté de l’oublie de toute une génération qui au sortir de la guerre, n’aspirait qu’à la prospérité. La guerre étant passée par là, le seul refuge devint donc le futur et cette fantasmagorique planète Tralfamadore.

Un film à vite redécouvrir.

vraivaleur.bmp







Playboy Communiste |
STREAMINGRATOX |
lemysteredelamaisonblanche |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Fascination
| hsm321
| voyagelook