The Walking Dead

22122010

The Walking Dead se déroule dans un monde envahi par les morts-vivants. L’origine du phénomène demeure inconnue. Rick Grimes, le héros, tente tant bien que mal de faire survivre son groupe de rescapés dans ce monde hostile et effrayant, cherchant le refuge idéal, l’endroit qu’ils pourront appeler foyer.

The Walking Dead

Pour schématiser The Walking Dead, c’est Lost avec des zombies. Une structure finalement assez ressemblante. Une énigme, un leiu hostile, un groupe stéréotypé (le black, l’asiat, le méchant, le vieux, les deux mâles dominants qui tourne autour de la même nana…) et un habillage télévisuel pas trop mal fichu. L’emmerdant, c’est qu’on se demande si le genre a encore des choses à nous apprendre. Probablement que oui, mais il va falloir attendre une vingtaine d’années qu’une nouvelle génération se réapproprie tout ça. Ainsi va le processus de création de nos jours (de tout temps ?).

TWD c’est tout ce qu’on aime (zombies, sang, apocalypse…) mais sans les surprises. Ok j’ai le ‘on’ facile. Suivre le quotidien de pillards ça ça aurait plus de gueules ! Un film expérimental à la première personne ou le spectateur est à la place du zombie, ça, ça serait couillu. Mais TV oblige (je ne connais pas le comic books qui parait-il est excellent), et malgré des efforts certains sur de très bons FX crados, ça reste assez consensuel. On a le droit aux leçons de moral et aux gestes de bravoures, on se contente un peu trop de bons sentiments, comme pour contre balancer l’horreur qui risque d’effrayer les âmes les plus sensibles (cf : l’épisode de la maison de retraite, ou encore la découpe d’un gars dont on retrace la biographie  »il s’appelle Jason … il allait avoir 30 ans… oh ! une photo de sa petite amie … je t’aime Jason…il a sa carte de donneur d’organes ». Rien de grave dans l’ensemble, mais loin de moi l’idée de crier au génie. Il est vrai qu’il n’y a eu que 6 épisodes donc soyons clément, mais ne nous faisons pas d’illusions. Cela restera bavard, le héros restera un flic blanc, au faciès standardisé, qui aime femme et enfant …

Bref, une série bien faite, qui, on l’espère, aura peut-être le mérite d’en lancer d’autres plus originales. Attendra-t-on la saison 2 avec impatience ? Rien n’est moins sur vu la mollesse et l’absence de vrai cliffhanger de l’épisode 6.

valeurdevenir.bmp







Playboy Communiste |
STREAMINGRATOX |
lemysteredelamaisonblanche |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Fascination
| hsm321
| voyagelook