Dexter – 10 raisons d’en avoir une opinion contrastée

29062009

Les productions Showtime (le HBO like) sont souvent le gage d’une qualité plastique et d’importants moyens. On est presque certain d’avoir de la qualité ou de l’originalité, quand ce n’est pas les deux. Tout ceci a fait de ces chaines en l’espace de quelques années des faiseurs de miracles façon séries TV. On peut donc y voir une partie du succès de DEXTER , l’engouement médiaticopublic de la série, que certains considèrent déjà abusivement comme culte, ne doit pas nous empêcher d’y jeter un oeil plus critique. Ci-dessous, 10 raisons de nuancer le succès de cette série :

Dexter

FLOP 5 :

- Sous ses airs de série sulfureuse, façon See, Sex et Blood, se cache un produit parfaitement formaté à l’air du temps qui n’hésite pas à surfer (mais pas forcément pour nous déplaire) sur les succès riches en hémoglobines de ces dernières années.

- La crédibilité de nombres de personnages secondaires (Batista, Doacks…) qui sont épais comme une plume de dindon après le passage d’un convoi de 35 Tonnes.

- Les raccourcis scénaristiques parfois trop gros et qui ne tiennent finalement que par l’intérêt (démesuré) des fans envers la série.

- La structure répétitive à souhait des épisodes.  Dès le second épisode on sait que l’on aura désormais droit à son flash-back aux 10, 20, 30 et 40ème minutes. Idème pour les intrigues « meubles » des persos secondaires, arriveront-ils à s’en dépatouiller avant la 53ème minutes ? Suspens !

- And the last but not the least, l’apologie (USA oblige) à peine déguisée de la peine de mort. Quand dans certains films on peut comprendre (le justifier est une autre chose) le sentiment de vengeance personnel qui brûle le héros, Dexter, lui, joue le rôle de la justice, celle qui punit et qui tue, celle qui comble d’aise les amateurs du « je suis contre la peine de mort, sauf … ». Aucun doutes sur les intentions des auteurs.

 

TOP 5 :

- Un bon point pour le côté plus sanguinolent que la moyenne, mais également pour les quelques sympathiques plans « boobs ». D’un certain côté c’est déjà pas si mal. Attendons de voir à quelle sauce TF1 charcutera le produit.

- A contrario des personnages secondaires, celui de Dexter (et heureusement) est plus travaillé. On suit avec intérêt ses doutes et son évolution.

- Pour le talent de Michael C. Hall, qui a le grand mérite (ou talent) de jouer un personnage sans émotions et sans sentiments. A y réfléchir de plus près, est-ce réellement une qualité ?

- Les plans sont généralement beaux et colorés, ils respirent les $$$. L’habillage musical est lui aussi de bonne facture.

- Enfin, le plus grand mérite de DEXTER est de nous rappeler à quel point TWIN PEAKS est, et restera ce qui se fait de mieux au niveau télévisuel. Et rien que pour ça, MERCI DEXTER.

 

Une série qui ne tient pas ses promesses marketing mais comme le dit l’adage, les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent. Au final, rien d’indispensable la dedans, quelques bons moments mais sans plus, mais quitte à regarder la TV pour de la TV, pourquoi pas.

valeurdevenir.bmp







Playboy Communiste |
STREAMINGRATOX |
lemysteredelamaisonblanche |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Fascination
| hsm321
| voyagelook