• Accueil
  • > FILMS
  • > Les Aventures de Tintin : Le Secret de La Licorne

Les Aventures de Tintin : Le Secret de La Licorne

16 03 2012

Après l’achat d’une mystérieuse maquette, Tintin, le célèbre reporter à la houpette, est approché par d’étranges personnages qui vont l’amener à se pencher sur le secret de la Licorne.

Les Aventures de Tintin : Le Secret de La Licorne  dans FILMS Les-Aventures-de-Tintin-Le-Secret-de-la-Licorne1-202x300

Faut-il donner du speed aux personnages de BD, ou faut-il empêcher les réalisateurs d’en prendre ? 2 bonnes questions sans réponse avant ce Tintin spielbergien. Tintin, c’est des générations de gamins, des dizaines d’histoires de part le monde et une façon un peu plus old school de s’imaginer une fiction d’aventure. Spielberg, c’est ET, Indi, Jaws et Jurassic Park, le fleuron de ce qui se faisait de plus dynamique au cinéma Hollywoodien.

Comment les 2 genres peuvent-ils coexister sans pour autant trahir leurs origines et plaire au public ? Je ne parle pas de fans radicaux qui sous prétexte que Tintin a une mèche de travers, seront constipés pendant 3 semaines, mais des spectateurs lambda (aux cerveaux pas très gros mais fonctionnels comme dirait l’autre) qui connaissent et apprécient les 2 univers.

Spielberg très contient du monde dans lequel il plonge, n’hésite pas à faire des clins d’oeil appuyés pour rassurer tout le monde. Mais cela ne suffisant pas, il lui fallait son  »truc » et la première réponse qu’il apporte tient dans la forme. En choisissant le mix battard entre le film live et le dessin animation classique, Spielberg fait le meilleur choix qu’il pouvait faire, il trouve le terrain d’entente adequat à cette adaptation. Force est de constater que le résultat est esthétiquement très réussi et qu’on se demande ce qu’aurait été la carrière d’un Spielberg né 30 ans plus tard.

Un point de différence avec la BD et j’aurai même tendance à dire une évolution positive et salutaire, c’est la présence d’Edgar Wright au scenario. Le réalisateur des très amusants Hot Fuzz, Shaun of The Dead voire Scott Pilgrim apporte une touche nouvelle dans un film de Spielberg, de l’humour un peu plus potache et non exclusivement destiné à la clientèle habituelle de Spielberg, le petit nenfant. Nombre de blagues nous font dire en visionnant le film qu’il ne s’agit pas là de l’humour Spielbergien et on s’étonnerait presque que certaines n’aient pas été censurées ou adoucies (même si nul doute qu’un bon nombre a du passer à la trappe).

Malheureusement et malgré une entame très prometteuse, le film ne tient pas toutes ses promesses et se laisse aller à la surenchère, tout ce que Spielberg n’a jamais eu les moyens de faire en live, il semble vouloir l’expérimenter sur ce long métrage qui finit en feu d’artifice de plans et d’actions qui nuisent plus à l’intrigue qu’autre chose. Le comparrer à Inianna Jones n’est pas idiot, mais encore faut-il préciser que ce serait un indianna jones survitaminé. Qui trop enbrasse mal étreint, et c’est sur cette impression douce amère que ce termine ce Tintin aux promesses non tenues.

valeurdevenir dans FILMS

 

 

 


Actions

Informations



Une réponse à “Les Aventures de Tintin : Le Secret de La Licorne”

  1. 22 03 2012
    fff (21:50:19) :

    ben perso j’ai trouvé ça anecdotique comme film (mon nouveau mot). Si chaque album de tintin possède une grande densité scénaristique, le film n’en a aucune alors qu’il mêle plusieurs albums. C’est quand même mal joué…

    Sans parler du début du film qui ne contient aucune scène d’exposition du personnage. C’est à dire que l’histoire commence avant qu’il y ait pu avoir un quelconque processus d’identification au perso principal. Pour un perso aussi populaire que Tintin, c’est pas très bien joué là encore.

Laisser un commentaire




Playboy Communiste |
STREAMINGRATOX |
lemysteredelamaisonblanche |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Fascination
| hsm321
| voyagelook