Gainsbourg Vie Héroique

27 02 2011

Le résumé est mou, mais à l’image du film qu’il décrit on se dit qu’on a que les résumés que l’on mérite.
Le film retrace la vie de Gainsbourg à travers la plupart de ses tendances artistiques, de son apprentissage de peintre au Gainsbarre en passant par le jazz de Saint-Germain et les yéyés.

Gainsbourg Vie Héroique

Tout juste auréolé de 3 César (au cours d’une cérémonie ennuyeuse, peu original et pleine de bides – cf Elie Semoun – comme d’habitude) Gainsbourg Vie Héroique se devait d’avoir quelque lignes sur ce blog. Ce serait-ce que pour prévenir le spectateur attentif et vigilant de la moindre dépense superflue.

Un film sur Gainsbourg ? Oula ça sent le biopic à tendance hagiographe, ça sent le film à performance, ça sent le film à l’américaine mais en moins bien. Un film sur Gainsbourg, et encore plus lorsqu’on a un tant soit peu de ressenti pour son travail, ça sent le projet casse gueule par excellence. Mais rendons à César ce qui lui appartient, Joan Sfar, probablement conscient de l’écueil qui l’attend, préfère tenter de dissiper tout cela en annonçant dès le départ que nous aurons droit à un conte. Pourquoi pas, l’idée est originale et pour peu que l’histoire à conter soit intéressante on est en droit d’espérer un moment sympathique à défaut d’être épanouissant.

Mais c’est là que le bât blesse, si cette manière onirique de représenter la dualité du personnage est amusante et disons le tout net, sauve ce film du ratage total, il faut bien se creuser la tête pour comprendre ce qu’il y a d’héroïque dans ce film, comprendre qu’elle est l’histoire ( que Sfar veut nous raconter à l’exception de cette suite de vignette), comprendre ce qu’il souhaite nous dire. Comprendre à défaut d’apprendre, mais tout ça est vain. Dans les mauvais biopics, l’on nous fait découvrir un personnage mais on ne dit rien. Ici sans se faire d’illusion, on pouvait espérer l’inverse. Car au final, et c’est finalement assez amusant d’y penser, on se retrouve avec un film lisse sur un provocateur. Allez comprendre. Il y avait la lessive qui lave plus blanc que blanc, il y désormais le cinéma français qui rend plus lisse que lisse et s’y complaît.

Faire de la BD c’est bien, faire du cinéma c’est différent. Ce découpage archi convenu et stéréotypé de : une époque une rencontre, est d’un ennui stratosphérique, à en conseiller l’utilisation de son smartphone dans la salle de cinéma. Là il rencontre Vian, là Gréco, là Bardot, là France Gall, mais on le sait tous ça !! ÇA SERT A QUOI DE LE DIRE ?

Le film ne tient donc que par l’interprétation perroquet d’Eric Elmosnino, mais le pauvre il n’ a que peu de matière à se mettre sous la dent et par cette demi-idée de conte vaguement onirique. « Chiant (pas d’histoire), vide (rien à dire) et lisse Monsieur Sfar, ça vous fera 3 César ».

valeurdchue.bmp


Actions

Informations



8 réponses à “Gainsbourg Vie Héroique”

  1. 27 02 2011
    Sam (16:27:15) :

    Mon pauvre ami… Si c’est ton BAS qui te blesse, ce doit être en voulant trop te pencher sur la misère des films que tu présentes, car sinon tu saurais que ladite expression n’a que peu à voir avec les chaussettes ou même les collants de ses dames… A trop vouloir jouer le critique qui maîtrise on en oublie qu’avant de critiquer il vaut mieux encore savoir… écrire! C’est le B-A BA du métier, me semble-t-il.
    Pour info, histoire de ne pas mourir (complètement) idiot: l’expression fait référence depuis le XVe siècle au moins aux bâts que l’on disposait sur le dos des animaux de… bât, justement (mulets, chevaux, bovins, etc.). Un bât mal fixé ou trop chargé provoquait des plaies qui faisaient souffrir les bestiaux; comme c’est étrange, pas vrai?
    A part ce petit commentaire amical, n’en prends pas ombrage, je te sais par trop susceptible parfois, le film cité m’est apparu comme pas mal du tout, bien interprété, sans prétention, bonne image, bons dialogues, mais bon, je l’ai vu bourré et je ne me rappelle plus trop après les 10 premières minutes. Un hommage à Gainsbarre, en quelque sorte…

  2. 27 02 2011
    faussesvaleurs (16:39:08) :

    AAAAAMEN

    PS de  »ces » dames

  3. 27 02 2011
    Lady Gaga (17:18:45) :

    Jolie reformulation de :
    http://www.linternaute.com/expression/langue-francaise/31/c-est-la-que-le-bat-blesse/

    A quand Sam chroniqueur ? Je milite pour !
    Fausses Valeurs engagez-le par pitié !

    LG

  4. 27 02 2011
    toto (18:13:30) :

    Mdr sam »je l’ai vu bourré et je ne me rappelle plus trop après les 10 premières minutes. Un hommage à Gainsbarre, en quelque sorte… »

  5. 27 02 2011
    koubiac (23:24:49) :

    Sam; encore toi ! lol, je t’imagine en train de trembler en écrivant ton message : « putain est ce que j’ai pas fait de fautes, non l’auxiliaire avoir s’accorde avec le cod blablabala… » ah aha ahaha ! haaaa… toujours au collège à ce que je vois, hein ? et quoi ? j’entre dans la classe et qui je vois au premier rang ? Sam ! Qui lève la main pour répondre à la maîtresse ! Elle est mariée mec ! Qu’est ce tu fais ? Hè, plus sérieusement, tu sais, l’adolescence ça a été un moment difficile pour tout le monde. Ok, tout le monde ne jouait pas aux premiers de la classe, on nous jetait pas dans des poubelles, OUI, on avait des potes, c’est vrai. Mais quand même. Je te le dis : on est des anciens adolescents blessés aussi mec ! Et on t’accepte ! Tu n’es pas cool-cool comme nous, mais… ben… chacun ses qualités Sam. Toi t’es bon pour créer des embrouilles apparemment. Qu’est ce que tu sais faire d’autres encore ? tu sais relever les fautes. Si, tu sais relever les fautes, ne rougis pas, t’es un champion pour ça mec ! Hèèè, ça c’est un truc qui plait aux filles ça, hein ? si si… tombeur va…Tu sais aussi lire des livres. Ha, dis pas le contraire, on l’a vu la dernière fois. Bref, tu vas finir avocat. Je préfère te le dire tout de suite : tu seras pas… beaucoup plus euh… aimé. hum hum. Non, allé je vais te le dire plus sincèrement (nan nan c bon les gars faut qu’il sache ! question de respect), tu ne seras JAMAIS aimé. C’est ok, c’est ok, ne pleure pas mec ça sert à rien, il y a d’autres choses pour toi ! Tu pourras peut être… (aidez moi les gars)… utile ? UTILE ! Tu pourras être utile Sam ! Utile c’est énorme ! J’ai un document à corriger, hop, qui j’appelle ? Sam SAGAAAAAAAACE AHAHA AHAHAHA AHAHA; Allé, à la prochaine critique. Hè, tu peux écrire en texto, pas besoin de faire semblant d’être un adulte, on t’accepte… « tel que tu es »… Bouton ou pas bouton, ça nous regarde pas.

  6. 28 02 2011
    faussesvaleurs (11:37:34) :

    Lady G. : il ne tient qu’à lui de postuler.

  7. 28 02 2011
    Sam (16:36:47) :

    Koubiac le finaud a encore frappé! J’en reste ébaubi par tant de sagacité (Sam… – deuxième degré), et tant d’énergie dispensée à tenter de rembarrer ces pôv zétudiants boutonneux qu’essaient tant bien que mal – plutôt mal, semble-t-il – d’être aimés, appréciés, adorés, pourquoi pas…
    Chiotte, encore raté! J’avais déjà essayé ailleurs (d’être aimé, donc – faut un peu suivre, Coco), mais là aussi un malinois de ton espèce avait levé la supercherie et j’ai dû rembarrer mes crayons de premier de classe vaseliné de la caboche.
    M’enfin, tant que mon IP n’est pas plombé par la direction – dont je salue au passage la perspicacité (Ses dames – qui montre au passage comme je passe mon temps à me relire pour éviter les fôôtes) –, j’en profite pour ânoner mes calembredaines dans le poste, crachotter mes élucubres malodorantes et insidieuses, déféquer mes billevesées sinistreuses par commentes interposés, gerbouiller mes tartignoleries sans compter, qu’est-ce que c’est bon par où c’est enfilé, mais y’a rien de personnel, c’est juste pour m’entraîner; j’ai dans l’idée de torcher un mémoire sur mes expériences blogueuses à t’en décrocher des mâchoires de croque-mort que c’est même pas la peine d’en parler, faut avoir vécu ce que j’ai vécu pour commencer à piger le quart du tiers de l’épaisseur d’un mollet de criquet.
    Bon, c’est pas tout ça, mais faut que je me remette sériously à mon étude sur la cultivation du petit-pois au Chili et de son incidence sur la santé œsophagienne des employés du gaz dans les Carpates – faut bien assumer jusqu’au bout son rôle de jeune premier de la glandouille enclaviaturisée, tant qu’on a que ça à foutre…

  8. 28 02 2011
    Sam (16:54:41) :

    PS
    Question cinoche, pisqu’on est là pour ça, je me suis farci hier soir Les Trois prochains jours et mes binocles en sont tombés sur le cul… j’ai dû couper après les 5 premières minutes – là aussi j’étais bourré mais c’était pas pour ça – vu que j’ai immédiatement détecté un drôle d’arrière-goût de déjà vu: pas plus tard que deux jours avant je m’étais fait Pour elle, avec Lindon et Diane Kruger, et tu le prends comme tu veux, mais c’était rien d’autre qu’un remake amerloque de la chose. Comme l’original date de 2008, j’en déduis qu’ils sont sacrément en manque de scénars, chez Tonton Bama…

Laisser un commentaire




Playboy Communiste |
STREAMINGRATOX |
lemysteredelamaisonblanche |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Fascination
| hsm321
| voyagelook