Le Discours d’un Roi

17 02 2011

Georges VI est victime de bégaiement, et malheureusement pour lui la seconde guerre éclate. Pas de bol il va devoir faire un discours devant la nation (d’où le très judicieux titre !), arrivera-t-il a vaincre ce vieux démon ?

Le Discours d'un Roi

C’est le film du moment. Tout le monde en parle, Paris Match adore et accessoirement il est parmi les favoris des Oscars. Il fallait bien à ce titre y jeter un oeil et lui consacrer un article, histoire de … vous prévenir.

Sans présager de quoique ce soit concernant l’attribution des statuettes, dont on se moque d’ailleurs éperdument, on peut dire à la vision de ce Discours d’un Roi, qu’il entre, qu’il est le prototype même du film à Oscars. Le film prêt à faire succomber la ménagère et à faire pleurer les détraqués des glandes lacrymales. Tous les ingrédients du film de gogos sont bel et bien là : Le pauvre gars qu’on va prendre en empathie car il souffre et qu’il est une victime innocente de ce trouble de la santé. Mais il y a aussi le coup de  »c’est une histoire vraie », celui de l’amitié à 2 shillings entre 2 êtres que tout oppose mais qui finiront quand même par devenir ami (mais pas avant la toute fin du film), l’absence de réalisation et d’audace. Bref un film qui ne mérite aucune réputation si ce n’est celle d’un film fait par des professionnels, mais pas par des artistes.

Les acteurs font le métier, mais leurs personnages sont ennuyeux au possible. Le dénouement est cousu de fil blanc… Un téléfilm de qualité voila ce à quoi nous avons droit. Mais rassurons nous, chaque année et dans le même veine nous avons droit à ses cousins germains, FROST NIXON, INVICTUS, RAY, HARVEY MILK … Ou comment faire du consensualisme mou et bien pensant sur le dos du bégaiement, de l’apartheid, de la cécité ou de l’homosexualité (Harvey Milk n’est pas le plus mauvais de la liste je le concède). En allant voir ce film vous pouvez être sur que vous ne serez pas dans du J’irai cracher sur vos tombes de B. Vian. C’est peu de le dire. Mais après tout le film aura son public.

Un film gnangnan qui n’exploite pas les pistes intéressantes qui lui étaient offertes (les relations fraternelles). Le seul intérêt est donc la performance qu’accomplira son acteur principal, mais là ce n’est plus du cinéma, c’est du cirque.

valeurdchue.bmp


Actions

Informations



14 réponses à “Le Discours d’un Roi”

  1. 18 02 2011
    l (10:51:59) :

    excellente critique ! je n’avais pas envie d’aller le voir maintenant je sais pourquoi

  2. 19 02 2011
    Sam (13:58:16) :

    Bande de clowns… Un pseudo-critique qui crache dans la soupe parce que ça lui donne de l’importance, un commentateur qui opine parce que ça l’arrange, bien qu’il n’ait pas vu le film, c’est vraiment la grande foire à l’illusion. L’illusion du journalisme « citoyen », à la Agoravox, l’illusion de la culture, à la Wikipédia, c’est du tout cuit pour les ceusses qui n’ont ni le temps, ni l’énergie, ni les capacités de se plonger dans de l’info de qualité.
    Ceci étant dit – c’était juste pour la forme – je n’ai pas vu ce film, mais si c’est une daube je le dirai tout aussi franchement.

  3. 19 02 2011
    l (15:08:50) :

    Je serais curieux de connaître la distinction que tu fais entre un critique et un pseudo critique… On parle ici d’études ? Du fait que le site est un site non commercial, non financé par la publicité ? On va quand même pas parler d’OBJECTIVITE, si ?

    Je n’ai pas l’impression d’opiner parce que ça m’arrange. Mais ça m’arrange en effet qu’il existe ce genre de critiques d’un point de vu de cinéphile, qui correspond m’a-t-il semblé à des opinions que j’ai pu avoir pour les films cités dans cet article.

    Concernant Agoravox et Wikipedia, où as tu vu que ce site avait une si grande prétention de culture ou de citoyenneté ?

    « ni le temps, ni l’énergie, ni les capacités de se plonger dans de l’info de qualité ». Qu’appelles tu une info de qualité ? Une information que je pourrais trouver, par exemple, dans les cahiers du cinéma ? Une information d’une dizaine de dix pages ? Une info qui irait dans ton sens ?

    Comment connais tu si bien les habitudes de navigation sur internet des utilisateurs de ce site ?

    Où trouve tu, toi, l’énergie de commenter sur des sites que tu juges indignes de ta personne ?

    Ceci étant dit – c’était juste pour la forme – donne moi l’adresse de ton blog, je prendrai le temps et l’énergie de commenter tes articles. Il se trouve que j’ai le désir de me plonger dans une info de qualité qui dépasserait les sites que tu mentionnes.

  4. 19 02 2011
    Sam (16:21:30) :

    Diantre, quelle merveilleuse diatribe d’autosatisfaction bien pensante… Mais il est dommage qu’elle tombe tellement à côté des propos auxquels elle fait référence; je n’ai en effet jamais prétendu le moindrement du monde tout ce qui est porté en exemple sous forme de questions vide de sens n’ayant pour but que de démonter mon intervention, au demeurant excessivement simple et, contrairement aux allégations ci-dessus exprimées, sans aucune forme de prétention.
    Ceci étant, comme le sympathique internaute ci-dessus intervenant semble en attente de réponses satisfaisantes à ses yeux (ou peut-être fait-il seulement semblant pour me faire sortir de mes gonds mais ce n’est pas bien grave, jouons le jeu), allons-y de notre petite obole.
    Et de un: je fais effectivement une distinction entre un critique et un pseudo critique parce que ce qualificatif si généreusement déployé par les blogueurs d’aujourd’hui est avant tout un métier – je ferais d’ailleurs le même distingo entre un menuisier et un pseudo menuisier, un cuisinier et un pseudo cuisinier, bref, vous m’avez suivi je pense – et qu’à ce titre, comme tous les métiers il ne s’improvise pas mais s’apprend, puis s’expérimente. Notons encore que le métier de critique est une branche tout à fait spécifique du métier de journaliste; d’ailleurs un vrai professionnel dira toujours qu’il n’est pas journaliste, mais critique, afin de bien mettre en valeur son activité. Ceci posé, si le premier cinéphile venu s’arroge le droit de présenter à la population ébaubie ses élucubrations personnelles sur les films qu’il voit, soit, pourquoi pas, ça le regarde, et surtout ça regarde ceux qui le lisent, mais par pitié ne parlons pas de critique… Un fan tout au plus, un fan qui rédige, certes, parfois pas trop mal, mais un fan tout de même. Or c’est là où le bât blesse, car le susnommé pseudo critique se présente volontiers comme un critique à part entière – et même fort doué, puisque dépositaire des « vraies » valeurs, c’est dans le titre du blog –, il n’est que de lire son profil pour en être convaincu. Quant à la question des éléments qui façonnent le véritable critique (objectivité, tendances politiques, études, expérience ou que sais-je encore), elles sont les spécificités du métier et ne déterminent en rien ce qui fait un BON ou un MAUVAIS critique – comme dans toute activité la chose reste ouverte; il y a de bonnes et de mauvaises pondeuses partout.

    Secondement, si j’ai cité Agoravox et Wiki, c’est précisément parce que ce sont les fers de lance de cette nouvelle culture à l’emporte-pièce qui n’a ni fondement ni légitimité et qui s’impose par tous les biais, généralement celui d’Internet (mais il y a aussi les animateurs télés qui se prétendent journalistes, les conseillers santé des magazines qui se disent médecins, etc.). Or même si Wiki ou Ago peuvent nous réserver d’agréables surprises – rien n’est impossible – force est de reconnaître que la majeure partie de ce type de sites n’est que monceaux d’inepties mal ou pas documentées, contradictoires, manipulées, bref, des élucubrations fort éloignées de ce qui peut se trouver dans une encyclopédie ou un quotidien traditionnels. Même si l’info labellisée « standard » n’est pas exempte de malfaçons, de mauvaise foi ou de parti-pris – particulièrement via la pub imposée qui détermine trop souvent les opinions –, elle est du moins vérifiée, jugée, corrigée, analysée et finalement validée (ou non) par des comités de lecture, des organes de direction, des responsables de projets, qui ont: 1) des formations idoines à l’exercice de leurs fonctions, 2) des concurrents à la dent dure qui ne manqueront pas de faire couler la baraque si le boulot s’avère trop dilettante. Dès lors, on peut choisir telle ou telle obédience, tel ou tel courant, telle ou telle idéologie, mais on est à peu près sûr en ouvrant son canard de tomber sur du travail de qualité, même en tenant compte du fait que bien des médias produisent de la merde – mais on le sait à l’avance quand on ouvre France Dimanche… Après, libre à chacun de préférer Libé au Figaro, les Cahiers du cinéma à Télé 7 jours. Ce qui est grave, de mon point-de-vue, avec les « citoyens » précités, c’est qu’ils font passer de l’amateurisme pour du professionnel et qu’avec le temps et le bourrage de crâne ça finit par marcher. Il suffit de voir le comportement des étudiants qui pompent Wiki ou même les journaux papier qui commencent à citer des définitions sorties du web en référence comme argent comptant, c’est tellement plus simple et moins fastidieux que de sortir le pesant Robert ou la volumineuse Universalis de son étagère. J’appelle ça le nivellement par le bas – mais si ça vous convient…

    Troisièmement (je ne dis pas troisio, ça m’horripile), je n’ai jamais jugé ce site (puisqu’on parle de lui) indigne de ma personne – la preuve, non seulement j’y viens parfois mais je me fais même chier à le commenter sporadiquement – j’ai seulement émis un jugement tout à fait personnel sur le niveau de l’opinion présentée ci-avant et du commentaire y adjoint.
    Quant à fournir ici les coordonnées d’un éventuel blog que je tiendrais de mon côté, c’est d’avance conclure que j’en alimente un et que je serais assez – pour le coup – imbu de ma personne pour songer qu’il serait, lui, l’exemple à suivre… Alors non, rien de tout ça. Je lis, je commente, et ça suffit bien à mon bonheur… CQFD.

    autres, a sa formation, ses codes et ses

  5. 19 02 2011
    Sam (16:23:57) :

    Désolé pour la petite ligne qui merdouille, j’ai fauté dans le copier-coller…

  6. 19 02 2011
    faussesvaleurs (17:22:16) :

    Quels talents, quelles belles joutes verbales !
    Continuez ainsi mes amis, et je vais bientôt pouvoir mettre de la pub.
    Sam je te nome (de part ma qualité de journaliste émérite) commandant en chef de la résistance anti-clowns et anti-pseudos.
    I, je ne te connais pas mais tu me plais bien.

  7. 19 02 2011
    faussesvaleurs (17:27:44) :

    PS. Sam, une question : ne serais tu pas abonné à canal plus par hasard ? Les film sur lesquels tu laisses tes messages répondent avec une certaine ironie avec la programmation de canal plus (1h de recherche, si ça c’est pas du travail de journaliste).
    Sans porter de jugement (tu me connais), t’imaginer abonné à C+ me fait hurler de rire… et de peur. Peut être y travailles-tu ? Sam = Bruce Toussain.
    Réponds moi vite.
    Bisous.

  8. 19 02 2011
    Sam (18:46:59) :

    Non, désolé de te décevoir, je ne reçois pas Canal sous les tropiques. Ceci dit, je peux te donner une autre piste sur l’ordre de mes (rares) interventions: il est directement déterminé par la disponibilité des liens de téléchargement en qualité DVDrip, ce qui, je le suppose, doit aussi correspondre à la grille de parution Canal, question de délai avant le droit de rediffusion.
    Et pour la subsidiaire, les seuls saints que je connaisse ne sont pas du 1er novembre et sont généralement bien rangés (avant que j’y plonge les mains, ce qui est assez souvent) dans le soutif de ma dulcinée…

  9. 19 02 2011
    faussesvaleurs (18:54:40) :

    Rrrrrrr…..

  10. 20 02 2011
    l (13:25:07) :

    franchement sam je lirai bien ta réponse mais elle est super longue et là pour le coup j’ai ni le temps ni l’énergie. Mais ça a pas l’air d’aller on dirait. J’ai du toucher un point sensible

  11. 21 02 2011
    Sam (15:24:24) :

    Ouille, I, là tu m’as eu…
    Non seulement je vais mal, très mal, mais je crois bien que je vais finir par apprécier ce site, te dire le degré de ma déliquescence!
    Amuse-toi bien au pays des Bisounours, tu dois en avoir bien besoin pour te relaxer des vicissitudes de l’existence qui t’empêchent à ce point de pouvoir te concentrer sur une réponse de douze lignes et des poussières et que tu as toi-même sollicitée.
    Au royaume des borgnes la paille du voisin occulte la poutre du crapaud. Ou quelque chose du genre…

  12. 21 02 2011
    faussesvaleurs (16:14:54) :

     »mais je crois bien que je vais finir par apprécier ce site »
    oh le coup bas.
    Sam m’a tuer.
    Il va falloir que je déverse un peu de venin pour équilibrer tout ça.

  13. 28 07 2011
    Néophyte (20:04:48) :

    Entièrement d’accord avec l’intégralité du texte, on passe à autre chose après Agora et Dexter.

  14. 11 01 2015

Laisser un commentaire




Playboy Communiste |
STREAMINGRATOX |
lemysteredelamaisonblanche |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Fascination
| hsm321
| voyagelook