7h58 ce samedi là

27 11 2009

2 frangins, Andy et Hank, ont les plus grandes difficultés à faire face à leurs vies respectives. Andy, l’aîné, propose à son cadet de faire un casse dans la bijouterie familiale. L’argent récolté (oh dieu $) leur permettant de se remettre à flot.

7h58 ce samedi là

A la question, à quoi peut ressembler une production hollywoodienne grand public, avec du casting, pas exempte de tout reproche mais au dessus de ce qui ce fait chez les concurrents ? La réponse est : 7h58 ce samedi là. De prime abord tout n’est pas de la plus haute originalité, quoiqu’en y regardant de plus près, ce côté anti-consensuel à la « bonne morale » inversée est peut-être le summum de l’originalité acceptable par le public et ensuite par les studios (toujours dans cet ordre là, le client est roi). S’attaquer à la famille n’est a priori pas chose aisée.

L’intrigue se suit d’autant plus facilement que le montage discontinu en accroît le sens. Les personnages sonnent vrais, mention spéciale (comme d’habitude) à Philip Seymour Hoffman, prix de la plastique la plus irréprochable pour une femme de plus de 40 ans à Marisa Tomey, oscar d’honneur à Albert Finney qui campe un père endeuillé plus vrai que nature. N’ayant jamais été un aficionado d’Ethan Hawke, ce n’est pas avec cette prestation que l’on va se réconcilier.

Alors certes ce n’est pas du James Gray (formidable La Nuit Nous Appartient), certes Syney Lumet plonge par moment dans le trop explicatif (cf les incrustations) par peur de perdre le public, mais reconnaissons lui (sa filmographie parle pour lui : Douze Hommes en Colère, Serpico, Un Après Midi de Chien) un sens de l’immoralité, un doigt dans le trou de balle de la bonne conscience qui fait du bien pour un film « grand public ».

presquevraivaleur2.bmp

 


Actions

Informations



6 réponses à “7h58 ce samedi là”

  1. 28 11 2009
    ultrablank (14:10:42) :

    philipe seymour hoffman est une merde. La scène dans le lit avec marisa tomey au début : rarement un homme a été aussi peu crédible dans les bras d’une jolie femme, comme quoi la composition à ses limites. Il n’y a que dans les rôles de méchant qu’il est bon car cet homme, c’est très clair, a la haine (probablement due à son physique ce que l’on comprend). Il est donc bon dans mission impossible 3, dans puch drunk love. Dans polly et moi il est drôle uniquement quand il est irrévérencieux, quand son personnage fait preuve d’une certaine violence morale (quand il pet-chie, quand il s’impose en vedette dans sa pièce de théâtre de quartier, etc) . La scène de la fin, quand il doit prendre la parole à la place de ben stiller, cette scène est une scène incroyablement loupée; rares sont les comédiens qui ont un sens comique aussi peu développé, une méconnaissance du timing humoristique aussi grande. Dans les bloopers de Polly et moi toujours, l’amateur d’humour aura aussi pris PSH en flagrant délit d’abscence totale de sincérité, quand, dans un champs contrechamps face à Ben Stiller, il SIMULE un fou rire (PSH va jusqu’à mal jouer DANS SA PROPRE VIE). Son visage devient rougeaud; Ben stiller, qui lui est un excellent professionnel, ne s’y laisse pas prendre et ne rit pas : preuve irréfutable de l’absence de sincérité de PSH. Pourtant, PSH continue de rire. Il souhaite avoir Ben Stiller à l’usure, et à ce qui fait pratiquement toute la personnalité, et le jeu, de PSH : l’apparence. P.S.H. est un acteur incapable de la moindre composition. Il ne peut jouer que ce qu’il a vécu. Et cet homme apparemment n’a vécu que de la haine, c’est bien la seule chose qu’il semble avoir à offrir. Ou bien il simule à l’écran ce qu’il simule dans la vie: le fait qu’il soit un type sympa. C’est là que sa prestation (probablement sa meilleure) dans la 25ème heure prend tout son sens. Elle est superbe car elle épouse dans une large mesure la personnalité réelle et complexe de PSH.
    1- Il incarne dans ce film un homme… associé à de la bonté, à un certain altruisme: il est professeur (psh lui est comédien, et des fois il fait même des comédies). De plus, il dispose ses chaises dans sa salle de classe en rond, c’est dire : il souhaite une communication efficace, c’est très bien, c’est très visuel aussi. Ca, c’est l’apparence de bonté et d’efficacité. C’est ce qui fait dire aux critiques DOUTEUX (attaque frontale à fausses valeurs): « une permormance toujours impeccable de Philip Seymour Hoffman ». C’est ce qui aurait rameuter dans ses filets un mauvais comique quand il simule le fou rire. C’est « la générosité de l’artiste ».
    2- Il exerce une violence morale sous jacente mais REELLE, habilement déguisée derrière des motivations en apparence sincères, et en apparence difficilement discutables (l’amour. C’est ce qui le pousse à jouer dans Polly et moi: la simulation d’un amour sincère pour l’humanité, d’une envie de faire rire, d’une générosité. C’est ce qui le pousse aussi à jouer la comédie dans une certaine mesure); quand il embrasse, la jeune mineure dans le club New Yorkais, elle le regarde pour ce qu’il est : un monstre. Il lui fait du mal. C’est l’acte immoral déguisé. Rappelons tout de même que dans le film il est moche, vieux et gros. De plus, il est dit qu’il pue de la gueule. La mauvaise haleine est une forme d’agressivité, si si. Elle est même une caractérisation ingénieuse d’un personnage (et d’un homme donc) qui pue à l’intérieur. Avez vous remarqué comme on ne doute pas que PSH pue de la gueule dans la 25ème heure?
    PSH fait DU MAL dans ses films, et PAR ses films. IL Y INCARNE DES MECHANTS POUR FAIRE DU MAL AUX SPECTATEURS (la véritable forme de violence déguisée de PSH). IL PREND SA REVANCHE SUR LA VIE, SUR NOUS, DEPUIS LA PELLICULE.
    3- Dans ce film, il a la haine. Il faut voir la puissance de son jeu d’acteur dans la scène avec le golden boy, quand il lui reproche d’être un bourgeois qu’a jamais réussi à s’assumer. Superbe. Une haine et une racune profonde. C’est quasiment une remise en cause déguisée de la vie de PSH, de son problème avec le fond et la forme. En tous les cas ce sont bien ses sentiments.
    Bref.
    A l’opposé Ethan Hawke déchire, lol. Lui il est sincère.

  2. 30 11 2009
    faussesvaleurs (14:47:42) :

    Dans la famille « Blank », je demande le méchant : ultra
    Bon tu cites déjà 3 films où il est bon (MI3, 25 heure, Punch Drunk Love) c’est déjà ça.
    Promis si je le croise dans la rue je lui casse la gueule de ta part.

  3. 20 05 2010
    Wolvy (21:21:28) :

    Sidney Lumet signe ici une superbe tragédie familiale et prouve, si besoin est, qu’à plus de 80 ans il n’a rien perdu de son talent (et encore moins de son cynisme).

    [8/10]

    « Alors certes ce n’est pas du James Gray »
    Penses-tu réellement que Lumet ait quoi que ce soit à envier à Gray ?

  4. 20 05 2010
    faussesvaleurs (21:35:57) :

    Seul l’avenir nous le dira.

  5. 20 05 2010
    Wolvy (21:36:12) :

    « Bon tu cites déjà 3 films où il est bon (MI3, 25 heure, Punch Drunk Love) c’est déjà ça. »

    Oui, c’est déjà ça ! Même s’il oublie de citer sa performance la plus extraordinaire selon moi – à savoir Truman Capote.^^

  6. 27 03 2013
    Candy Sticks XXX (15:48:01) :

    People give you what you ask for via transmission
    of energy or what you broadcast out. One would so think unless one is familiar
    with him and his history. goes wrong irrespective of who
    caused it, the woman hopes you would be there
    to guide her steps, or what else do you think is taking responsibility.

    Here is my website – Candy Sticks XXX

Laisser un commentaire




Playboy Communiste |
STREAMINGRATOX |
lemysteredelamaisonblanche |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Fascination
| hsm321
| voyagelook