La journée de la jupe

2 11 2009

Arrivée au bout du rouleau une prof dans un collège « difficile » en vient à prendre ses élèves en otage.

La journee de la jupe

Film (TV film ?) dont le plus grand malheur est d’avoir eu une telle médiatisation, qui attire les regards autant qu’elle attise l’esprit critique. Car qui dit médiatisation dit somme d’avis tranchés qui pour le meilleur et pour le pire mettent en avant une foule de détails qui n’en demandaient pas tant. Car le problème du film c’est qu’il n’a pas les moyens de ses ambitions, entre des dialogues faibles, des comédiens amateurs, ou d’un manque de crédibilité criant (cf le ministre de l’intérieur), des situations grossières et prévisibles, l’ensemble rend l’entreprise trop bancale pour qu’on s’y attache à défaut d’y croire.

Alors certes la morale est sauve, Adjani (convaincante et elle est bien la seule) en Charles Bronson façon Un Justicier dans la ville en prof jusqu’au boutiste pourfendeur de la laïcité, récitant son texte jusqu’à l’épuisement du stock lacrymale du spectateur… Non, c’est juste pas possible. Le genre de leçon de moral démago dont on se passerait bien.

Un TV film qui n’a pas mérité la publicité faite autour de lui.

valeurdchue1.bmp


Actions

Informations



Une réponse à “La journée de la jupe”

  1. 21 05 2010
    Wolvy (00:48:56) :

    « Car le problème du film c’est qu’il n’a pas les moyens de ses ambitions »

    Ah bon ? Et quelles étaient ses ambitions selon toi??? Si ce n’est d’être un petit téléfilm diffusé sur Arte.

    En ce qui me concerne j’ai eu la chance de découvrir LA JOURNÉE DE LA JUPE (sur Arte donc, quelques jours avant sa surprenante sortie en salles), dont je n’attendais pas grand chose, et… quelle bonne surprise !
    :-)
    Quelle originalité ! Quelle liberté de ton ! D’ailleurs ce petit téléfilm est (très) largement supérieur à bon nombre de « films de cinéma », débarquant chaque année dans les salles obscures. De plus, La Journée de la jupe traite de moult sujets de société, plus amplement encore et de façon plus incisive qu’ Entre les Murs. Disons que l’on se trouve ici à la limite du politiquement incorrect et ce pour le plus grand plaisir du spectateur. Quant à Isabelle Adjani, toujours aussi belle et surtout talentueuse, son retour est on ne peut plus réussi. Même si la forme, certes, est moins cinématographique que télévisuelle (ici peu de moyens financiers, pas de grand décors, pas de grande mise en scène…).

    [NOTE = 7,75/10]

    LA JOURNÉE DE LA JUPE reste cependant un film à découvrir d’urgence, assurément.

Laisser un commentaire




Playboy Communiste |
STREAMINGRATOX |
lemysteredelamaisonblanche |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Fascination
| hsm321
| voyagelook