L’horreur/Gore des genres stériles en talents ?

27 03 2009

Si le postulat énoncé dans le titre vous parait juste, cet article est fait pour vous et lisez bien attentivement ce qui va suivre. Ce type de film a souvent été pris comme le parent pauvre du cinéma, alors qu’à y regarder de plus près, certains des grands d’aujourd’hui, ceux qui alignent au minimum 8 zéros avant la virgule au box office à chaque film, sont passé par là. Souvent en restant dans le domaine plus large et moins décriée qu’est le cinéma fantastique, mais pas toujours et heureusement.

James Cameron.

piranha2.jpg

Comment a-t-il commencé :Découvert comme tant d’autres par Roger Corman, il officie comme directeur artistique sur quelques oeuvres « mineures » (Les Mercenaires de l’espace, Galaxy of Terror…) avant de se voir confier la réalisation (attention ça va briser le mythe) de (roulement de tambours) Piranha 2 : Les Tueurs Volants

Succès prévisible ? : Si l’on se fie au succès et à la qualité de Piranha 2, on serait tenté de dire non, mais il faut savoir que sur ce dernier film, il n’aura jamais le controle exclusif au montage, et qu’il reniera ce film par la suite. A néanmoins travaillé sur les effets spéciaux de New York 1997.

Et par la suite : Terminator, Aliens le retour, Abyss, Terminator 2 et Titanic. Que du très très lourd et avouons le du très bon dans l’ensemble.

 

Sam Raimi.

evildead.jpg

Comment a-t-il commencé : Tout commença en l’an de grace 1981, avec la sortie du vénéré Evil Dead, film d’horreur très gore qui aura Evil Dead 2 et 3 pour suites, plus accées sur le second degré. Avec des budgets ridicules il a réussit a se faire un nom et même a avoir la très bonne idée de mettre Joel Coen dans ses valises.

Succès prévisible ? : Oui, oui, et encore oui. Ce sens de la caméra, très peu l’ont, et alors que la « mode » des super héros n’est pas encore véritablement lancée, il réalise dès 1990, Darkman, un film qui augurera de ce qu’il fera avec la franchise Spiderman.

Et par la suite : Il alternera les genres, du western vitaminé avec Mort ou Vif (Sharon Stone, Di Caprio, Russel Crowe, Gene Hackman…) au polar avec Un Plan Simple. Mais sa carrière va prendre un tournant décisif avec la sortie de la trilogie (pour le moment)Spiderman. Si tout n’est pas parfait dans cette série, retenons que le 2 est d’un nouveau très satisfaisant.

 

Peter Jackson.

badtaste.jpg

Comment a-t-il commencé : 4 ans, 11 000 $, et une dizaine de personnes, voila ce qu’il a fallu à Peter pour réaliser son premier film, le bien nommé Bad Taste. Des extraterrestres envahissent la terre, ils prennent l’apparence d’humains pour les « moissonner » et les utiliser dans leur Fast Food. Un film qui à la manière d’Evil Dead, confirme le talent du Néo Zelandais, et son génie à tirer profit du four de sa maman (là où sont réalisés les masques – d’où la forme carrée) et de quelques pots de ketchup.

Succès prévisible ? : Succès absolument inespéré, et en partie du aux qualités de son troisième film (toujours un film de genre) Braindead et ses 300 litres de sang rien que pour la scèen finale. Sa touche humoristique a par ailleurs permis au genre de se démocratiser.

Et par la suite : La suite vous la connaissez tous, Le Seigneur des Anneaux, et King Kong, Peter Jackson est devenu un dieu vivant dans son pays, non pas parce que la Nouvelle Zélande a déclarée reine les épreuves de sumo, mais bien parce que désormais tout le monde sait placer ce petit pays sur une carte.

 

Brian De Palma.

soeursdesang.jpg

Comment a-t-il commencé : Un autre de plus découvert par Roger Corman. Ses premiers films, avec entre autres Bob De Niro, passent inaperçus, et le succès n’arrive finalement qu’avec Soeurs de Sang, petit film d’horreur où les obsessions de Brian sont déjà bien affirmées (le trauma et la duplicité du personnage). Suivront quelques autres films « horrifiques », Carrie, Furie qui finiront de le propulser comme le réalisateur en vogue.

Succès prévisible ? : Même s’il est facile de oui  à contre coup, la vision de Soeurs de Sang ne laisse aucun doutes quant aux talents de son géniteur. Le film horrifique n’a été qu’un moyen, il est probable qu’il aurait inévitablement réussi à percer indépendamment du genre.

Et par la suite : Scarface, L’Impasse, Les Incorruptibles, Pulsion, Body Double, que du bon, alors certes le soufflet est un peu tombé, mais quelle carrière !

 

Alors oui, vous me direz qu’ils est plus facile de tirer son épingle du jeu dans ce genre de cinéma où la concurrence est moins lourde, et que ces réalisateurs ne sont pas revenus (pour le moment !) à leurs premières amours, mais admettons les séries B et (parfois) Z horrifiques  comme du cinéma, et ne boudons pas notre plaisir à découvrir le Peter Jackson de demain. Et puis tant qu’on est lancé, une dernière image pour la route.

badtaste1.jpg


Actions

Informations



2 réponses à “L’horreur/Gore des genres stériles en talents ?”

  1. 23 02 2010
    Anonyme (15:23:28) :

    c nul !!!!

  2. 23 02 2010
    faussesvaleurs (15:55:21) :

    Tout à fait d’accord, c’est nul.

Laisser un commentaire




Playboy Communiste |
STREAMINGRATOX |
lemysteredelamaisonblanche |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Fascination
| hsm321
| voyagelook