Basic Instinct

11 02 2009

Il devrait exister un jour sur cette humble terre où nous devrions célébrer le culte de Paul Verhoeven, comment se fait-il que personne n’y ait encore pensé. Songez donc, on lui doit quelques un des meilleurs moments de science fiction de ces 20 dernières années : Robocop, Total Recall, Starship Troppers, ainsi que Black Book et Basic Instinct dont il est question aujourd’hui.

Basic Instinct

Le film, vous le connaissez tous, est sulfureux, brillant, brillamment interprété, pas grand chose rajouter, si ce n’est de le revoir dès que l’occasion se représentera. L’éclairage du jour, et donc l’intérêt de ce post, se porte sur l’une des scènes du début du film qui en l’espace de quelques plans, réussit tant à la fois à créer le climat de tension (qui ne baissera plus dès lors), qu’à dicter la ligne narratrice du film, dont vous serez spectateur et dont Michael Douglas sera la victime. En quelques dialogues et un simple champ contre champ, le film est posé.

J’en vois déjà certains trépigner d’impatience sur leurs claviers : « Mais quel est ce plan? ». Ne possédant aucune actions dans l’industrie du clavier, à une époque où les actions ne valent de toute façon plus grand chose, voici la réponse :

Alors que Michael Douglas et son acolyte viennent chercher Catherine Tramell pour un interrogatoire au poste, se joue alors dans la voiture la scène dont je vous ai parlé. Extrait :

Tramell (Stone) :

- Vous avez une cigarette ?

Nick (Douglas) :

- Je ne fume pas.

Tramell :

- Bien sûr que si.

Puis elle fouille dans ses poches et en ressort un étui pour finalement s’allumer une clope.

Nick :

- Je croyais que vous n’aviez pas de cigarettes ?

Elle lui raconte des salades avec sa tête ingénue et lui en propose une.

Nick (en se retournant énervé) :

- J’ai arrêté je viens de vous dire !

Tramell :

- Vous recommencerez.

Puis elle parle de son travail d’écrivain, « qui lui apprend à mentir », son nouveau roman ?

- un flic amoureux de la fille qui faut pas (regard vers Douglas)

- Et qu’est ce qui se passe?

- Elle le tue (champ-contrechamp)

Après l’avoir défiée du regard, il finit par en sourire, il accepte finalement le défi (le jeu) qu’il finira par perdre.

Lors de ces 80 secondes, on sait déjà qu’elle le manipulera, qu’il tombera amoureux d’elle, qu’elle lui mentira, qu’il croira être à la hauteur, sûr de son fait, mais que sa fin sera inéluctable.

vraivaleur.bmp


Actions

Informations



Laisser un commentaire




Playboy Communiste |
STREAMINGRATOX |
lemysteredelamaisonblanche |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Fascination
| hsm321
| voyagelook